ACCUEIL >Nos actions >Cinéma

Ioanis Nuguet, lauréat du prix La Croix du documentaire 2015

jeudi 22 octobre 2015, par SIGNIS

Bruxelles, Paris, 22 octobre 2015 (La Croix/SIGNIS/Arnaud Schwartz). Réalisateur de Spartacus et Cassandra, Ioanis Nuguet a obtenu, le lundi 12 octobre à Paris, le 3e prix La Croix du documentaire pour son documentaire Spartacus et Cassandra. Ce prix La Croix du documentaire 2015 a été remis sous le parrainage du réalisateur Jean-Pierre Améris et en partenariat avec la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et Images en bibliothèque (Le mois du documentaire). Spartacus et Cassandra a, par ailleurs, été soutenu par Amnesty International.

Cette récompense a pour ambition de faire connaître des auteurs, d’accompagner leurs œuvres et faciliter leur rencontre avec le public ; la présence en salles de ce genre cinématographique demeurant fragile. Doté de 4 000 € par la SCAM, le prix a été décerné en 2013 à La Saga des Conti, de Jérôme Palteau, et Au bord du monde, de Claus Drexel, en 2014. Spartacus et Cassandra sera par ailleurs soutenu par Images en Bibliothèques, à l’occasion du Mois du Documentaire.

Pendant 4 ans, Nuaguet a filmé les campements « roms » de Seine-Saint-Denis, qu’il sillonnait en compagnie d’une association. Ce grand adepte de l’école de la rue trouva son langage sur les terrains vagues, entre les baraquements, avec l’acharnement d’un autodidacte. « J’aime filmer moi-même, j’éprouve avec la caméra des sensations aussi intenses que dans la danse », glisse-t-il.

Quatre ans d’enregistrement d’images, au gré des mariages et des baptêmes, précèdent le film lui-même. Ces quatre ans lui permirent aussi d’apprendre la langue rom, a-t-il raconté au journal français La Croix. Le film parle de deux enfants roms qui sont accueillis par une jeune trapéziste dans un cirque de la périphérie de Paris. Un havre de paix fragile pour ces frère et sœur de 13 et 11 ans. Déchirés entre le nouveau destin qui s’offre à eux et leurs parents vivant dans la rue, Spartacus et Cassandra vont devoir choisir. Ce qui est important de noter, c’est que le film n’est pas seulement le témoin de la situation, mais également une influence. Le cinéaste va en effet prendre soin de ces deux enfants, et ainsi briser la chaîne de « misère » de ces enfants.

Coécrit avec Samuel Luret, Spartacus et Cassandra, « conte documentaire » centré sur deux enfants confrontés à la séparation, s’est attiré un accueil chaleureux de la part de la critique et du public, réunissant 60 000 spectateurs en France (un très beau résultat pour un documentaire) et recevant prix sur prix dans de nombreux festivals, y compris à l’étranger. De plus, il a « changé la vie » de Ioanis Nuguet  : Spartacus, Cassandra et Camille, leur « tutrice », font aujourd’hui partie de sa vie.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds