ACCUEIL >Nos actions >Cinéma

Pratiques du documentaire en Afrique : un colloque international

lundi 13 juin 2016, par SIGNIS

Toronto, 13 juin 2016 (Université Toronto). Les 19 et 20 janvier 2017, à l’Université de Toronto, au Canda, aura lieu le colloque international sur les pratiques documentaires en Afrique, organisé par Suzanne Crosta (McMaster University), Sada Niang (University of Victoria) & Alexie Tcheuyap (University of Toronto). La conférencière invitée sera Sheila Petty, de l’Université de Regina, Canada.

« Depuis les années 1970, la production cinématographique africaine a subi des métamorphoses illustrées par de nombreux chercheurs. Vu la couverture médiatique et le nombre croissant d’études consacrées au cinéma de fiction, ce colloque mettra l’emphase sur l’émergence, la diversité et les mutations du documentaire. »

En effet, si la généralisation et la « démocratisation » de la pratique documentaire depuis quelques décennies sont largement attribuables aux nouvelles transformations technologiques, on peut également constater que bon nombre de longs métrages nationalistes déployaient des formes esthétiques proches de ce genre.

Par ailleurs, lorsqu’on sait que dans les pays développés, les documentaires ont connu un nouveau souffle en grande partie par leurs projections dans les salles de cinéma, on peut s’interroger sur cette spécificité africaine par laquelle le genre se déploie dans un contexte où les salles se raréfient, surtout en Afrique noire francophone.

L’essor du documentaire peut donc s’expliquer par un certain nombre de facteurs dont 1) la transition du film à la vidéo et les économies qui s’ensuivent ; 2) l’entrée en scène d’une voix distincte chez les femmes documentaristes dans un domaine autrefois presqu’exclusivement dominé par les hommes (Tcheuyap, 2010) ; 3) l’ouverture « démocratique » des années 1990 avec de nouveaux discours politiques et sociaux ; 4) la formation de nombreux documentaristes en Afrique francophone et lusophone par l’association Ardèche Images (« l’école AfricaDoc ») ; 5) plus récemment, le développement de nombreux récits sur la présence chinoise en Afrique.

C’est dans ce contexte que le colloque Pratiques du documentaire en Afrique voudrait déterminer les modalités d’émergence et de développement de ce genre en Afrique. Vu que les travaux sur la fiction triomphent dans les recherches cinématographiques, ce colloque veut examiner les dynamiques historiques, politiques, sociologiques, économiques et culturelles ayant facilité la survenue des documentaires autrefois largement tributaires de discours anthropologiques. Il voudrait aussi évaluer l’entrée en scène des documentaristes de diverses générations dont la formation, la mobilité et les regards sur les enjeux sociaux, politiques et environnementaux témoignent d’une certaine richesse, d’une cohérence discursive, esthétique et éthique.

Parmi les questions à explorer pendant le colloque et sans se limiter à celles qui suivent, on pourrait relever :

  • Théorie et pratique du documentaire en Afrique
  • Fiction et documentaire : frontières et distances
  • Histoire et documentaire
  • Documentaire et esthétique du témoignage
  • Nouvelle économie politique du documentaire
  • Les nouvelles technologies : une chance pour le documentaire ?
  • Écocritique et documentaire
  • Internet et nouvelles plateformes de distribution
  • Le documentaire : catalyseur de la diversité culturelle et linguistique
  • Le documentaire : un genre plus « féminin » ?
  • Organisations non gouvernementales et « commandes de documentaires » : enjeux politiques et éthiques.
  • Le documentaire : un genre « fatalement militant » ?

Les communications peuvent se faire en français ou en anglais. Cependant, des textes découlant de cette rencontre, seuls ceux rédigés en anglais seront considérés pour publication. Les propositions de communication, ainsi qu’une brève note biographique peuvent être envoyées à africadoc@utoronto.ca.

La date limite de réception des propositions de communication est le 15 septembre, 2016. Il n’y aura pas de frais d’inscription à la conférence, du café ou des sandwiches seront disponibles. Mais il est attendu que les participants se prennent entièrement en charge.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds