ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

Broadchurch (série TV)

mercredi 14 octobre 2015, par SIGNIS France

(de Chris Chibnall, Royaume-Uni. Saison 1 : première diffusion mars 2013, puis février 2014 pour la France et le Québec. 8 épisodes de 48mn)

Lyon, 14 octobre 2015 (Blandine Salles) – Petit village côtier du Dorset en Angleterre, Broadchurch abrite une communauté où tout le monde se connaît, et où chacun va être affecté par la découverte du corps de Danny, 11 ans, et où tous partent la recherche de son meurtrier.

Broadchurch Saison 1

La saison 1 s’appuie sur deux ressorts. Tout d’abord le "whodunnit" c’est-à-dire la recherche de l’assassin. Chaque épisode se concentrera sur un ou plusieurs nouveaux suspects. C’est une façon peu originale mais efficace de montrer les personnages de façon plus précise, avec leurs défauts et leurs secrets. Des secrets il en est question tout au long de la série, aussi bien chez les autochtones que chez l’inspecteur Alec Hardy, nouveau venu et chargé de l’enquête.

Le deuxième ressort est le suivi du deuil : celui de la famille, des amis, des proches et moins proches. Broadchurch réussit avec brio à faire ressentir aux spectateurs les émotions et la détresse secouant Beth, mère endeuillée, Ellie, amie impuissante, etc.

Ces 8 épisodes posent des questions relatives à la foi et à l’espérance. Comment croire en un Dieu qui a laissé mourir notre fils ? s’interrogent Mark et Beth. Le personnage du pasteur, Paul, (qui n’est pas, pour une fois, un cliché ambulant) sera déterminant dans la quête de réconfort, de compréhension et d’acceptation.

Série destinée à la télévision, Broadchurch n’a visuellement rien à envier aux films du grand écran. La réalisation soignée permet d’instaurer un cadre serein, propice à la confidence et à l’intime avec de nombreux plans serrés sur les personnages et leurs interactions. Les plans larges sur les falaises de Broadchurch permettent aux spectateurs et aux personnages de reprendre leur souffle dans cet atmosphère parfois irrespirable.

Le dénouement en surprendra beaucoup, et laissera place à davantage de questions sans réponse qu’au début de la série...

Blandine Salles

Broadchurch Saison 2

(de Chris Chibnall, Royaume-Uni. Saison 2 : première diffusion 2015. 8 épisodes de 48mn)

Attention, cet article contient des révélations concernant la saison 1.

À la fin de la saison 1, nous quittions deux familles accablées : les Latimer, endeuillés après le décès de Danny, retrouvaient une certaine paix après son enterrement. Les Miller étaient dévastés après l’annonce que Joe était le responsable de cette mort. Cette deuxième saison nous fait assister au procès de Joe. À la surprise générale, il plaide non-coupable.

Nous sommes donc embarqués de nouveau dans l’histoire qui a marqué la première saison à ceci près qu’elle est remise en cause. Entre les plaidoyers de l’accusation et les contre-interrogatoires de la défense, les habitants sont obligés de remettre en question leurs certitudes.

Cependant, si la culpabilité de Joe ne fait aucun doute pour le spectateur, il découvrira bien vite que vérité ne rime pas forcément avec justice. Ce procès est l’occasion pour les habitants de tourner la page et d’avancer, certains moins vite que d’autres comme Ellie et Beth dont l’amitié passée semble révolue.

En parallèle, cette saison est l’occasion d’une autre enquête, celle de Szandbrook, qu’Alec Hardy portait comme une croix, irrésolue, lors de la saison précédente. Ces deux affaires qui s’entrecroisent permettent là encore d’approcher au plus près l’humain et son fonctionnement, ses ressentis et notre vie en société. En plaidant non-coupable, Joe fait passer le message que tous sont responsables d’une manière ou d’une autre, car tous ont des défauts et des travers, le sien étant "seulement" d’avoir aimé Danny.

Cette deuxième saison permet un changement de regard sur des événements que nous pensions connus. Elle renforce également le nombre de personnages à l’écran en y introduisant des avocats et de leurs assistants, et les protagonistes de l’affaire Sandbrook. Si cette saison a pu surprendre et décevoir face à la saison originale, elle a su se renouveler tout en gardant les points forts des premiers épisodes.

Blandine Salles

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds