ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

Cafard

mardi 15 décembre 2015, par SIGNIS France

(de Jan Butheel. Belgique/France, 2015, 1h26)

Lyon, 16 décembre 2015 (Magali Van Reeth) - Epopée romanesque sur fond de vérité historique, ce film d’animation pour adultes raconte l’incroyable voyage d’une unité blindée belge pendant de la Première guerre mondiale.

En 1914, 350 jeunes gens Belges s’engagent dans le corps des auto-canons-mitrailleuses (AMC) pour combattre l’envahisseur allemand. Rapidement, ils sont envoyés en Russie et, jusqu’à la fin de la guerre, vivront une étonnante aventure qui leur fera faire le tour du monde. Cette épopée, le réalisateur belge Jan Butheel nous la raconte à travers le personnage de Jean Mordant, champion du monde de boxe, et de ses compagnons.

Comme ces soldats envoyés aux frontières de l’Europe, Cafard est un film d’animation innovant, aux frontières du cinéma, du dessin animé et de l’univers des jeux vidéos. La mise en scène et le montage sont ceux du cinéma classique et amplifient le lyrisme de cette épopée. Les voix des personnages sont celles d’acteurs contemporains reconnus : Dinara Drukarova, Julie Gayet, Benoît Magimel, Wim Willaert, Jean-Luc Anglade. Les séquences et le cadre rappellent ceux des jeux vidéos (si friands de conflits armés...) et l’animation utilise la technique de capture du mouvement, tant pour les déplacements des personnages que pour les expressions de leur visage. Le résultat est stupéfiant et très original. Si les visages et les attitudes corporelles de Jean Mordant et Victor expriment bien la souffrance de la guerre et de l’errance, les paysages sont toujours d’une beauté poignante. Dans ce décalage, c’est toute l’ambiguïté de cette guerre, entre le romanesque d’une jeunesse donnant sa vie en sacrifice pour la patrie, pour leurs familles, et la réalité de cette très longue guerre qui les ferra inexorablement pénétrer dans l’horreur de l’humanité.

Le film accompagne Jean Mordant et ses compagnons d’AMC tout au long de leur périple à travers le monde. Paris, Saint-Pétersbourg, Tarnopol, Kiev, la Chine, Vladivostok, San Francisco, New York, Bordeaux.Occasions pour le réalisateur Jan Butheel d’offrir aux spectateurs quelques scènes magnifiques, comme celle des ballets russes où le rouge flamboyant et les elfes diaboliques annoncent l’horreur à venir. A New York, l’élan des gratte-ciel écrase les survivants de cet épouvantable périple et la paix en suspens pose la question de leur devenir. Ecrasés de douleurs mais pas anéantis, Guido s’engagera dans la vie politique et Jean Mordant rouvrira le café des sports et les portes de sa maison pour son petit-fils.

Viols, suicides, morts violentes, folie et quotidien insupportable : si les techniques de l’animation permettent à Cafard de raconter les atrocités de la guerre avec une certaine distance, il ne les élude pas. Le film s’adresse donc à un public adulte et adolescents à partir de 15 ans.

Magali Van Reeth

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds