ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

De l’autre côté

mardi 6 novembre 2007, par SIGNIS

(de Fatih Akin, Allemagne/Turquie, 2007, prix du scénario et prix du Jury œcuménique au Festival de Cannes 2007)

Lyon, 5 novembre 2007 (Magali Van Reeth) - A l’heure de la mondialisation, la vie n’est pas toujours facile pour ceux qui vivent entre deux cultures et dont les origines viennent d’un pays que, parfois, ils connaissent à peine. Comment alors se construire, devenir un adulte responsable lorsqu’on est tenté d’ignorer une part de soi-même pour se simplifier le quotidien ?

JPEG - 15.9 ko
"De l’autre côté" aborde avec justesse des thèmes aujourd’hui très politiques sur la question de l’immigration"

Fatih Akin est un jeune réalisateur très doué qui avait signé le magnifique et percutant Head On , Ours d’or à Berlin en 2004. Il est originaire de Turquie mais a vécu toute sa vie en Allemagne où le droit du sang est toujours déterminant pour l’acquisition de la nationalité. Dans ce nouveau film, Fatih Akin a voulu montrer toute la fragilité et la complexité de ces vies à cheval sur deux mondes qui s’ignorent. Retissant les liens qui posent chaque être humain dans une géographie terrestre, qui donnent des références, qui relient à un père, à une mère, à des grands-parents et à une ou plusieurs cultures, De l’autre côté aborde avec justesse des thèmes aujourd’hui très politiques sur la question de l’immigration.

A travers le parcours de trois jeunes gens, Ayten, turque et rebelle, Lotte, étudiante allemande et de Nejat, professeur de littérature, Fatih Akin nous emporte dans une fresque dramatique, rythmée par de nombreux trajets entre la Turquie et l’Allemagne. Chaque personnage se dépouille peu à peu de ses certitudes, comme si à chaque voyage la valise se faisait d’elle-même plus légère. L’effeuillage faisant place aux doutes, aux incertitudes et à la mise en danger, "l’autre côté" apparaît d’abord comme une voie sans issue, au mieux comme un vide, une absence où on se sent perdu. Si les voyages donnent le tournis, ils aident aussi à mieux comprendre qui on est et qui on veut devenir. Fatih Akin croit en ses personnages, qu’ils soient jeunes ou plus âgés. Et il est convaincu qu’il est possible d’inventer d’autres façons de vivre ensemble. Aussi, met-il tout son talent de grand cinéaste au service de ce "vivre ensemble".

Au Festival de Cannes 2007, ce film a obtenu le prix du Jury oecuménique : "Ce film raconte habilement les destins croisés, en Allemagne et en Turquie, d’hommes et de femmes d’origines différentes. Il rend sensible à la douloureuse complexité des pertes de repères et de relations, ainsi qu’à la richesse des échanges, passages et cohabitations possibles entre deux mondes". Ce film a aussi obtenu le prix du scénario.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds