ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

Demain

mardi 8 décembre 2015, par SIGNIS France

(de Mélanie Laurent et Cyril Dion. France, 2015, 1h58)

Lyon, 8 décembre 2015 (Magali Van Reeth) - Partant d’un constat plutôt sinistre sur l’état actuel de notre planète, ce joyeux documentaire propose des initiatives concrètes pour changer le monde dès maintenant.

Découpé en 6 chapitres, le film se veut avant tout porteur d’espérance. Il s’attache à montrer ce qui existe déjà, ce qui fonctionne, que ce soit au niveau individuel, collectif ou politique. Et il fait avec un ton ludique et pédagogique, mis en scène avec une vraie intention de faire du cinéma.

En ouverture, un bref constat de l’état des lieux, les médias en parlent tous les jours ou presque. Les réalisateurs Mélanie Laurent et Cyril Dion s’appuient sur l’étude d’Anthony Barnosky et Elizabeth Hadly. Puis les chapitres s’enchaînent sur des images dynamiques et des voyages pour aller rencontrer les acteurs qui se bougent pour changer les systèmes. Agriculture et énergie sont les domaines auxquels on est confronté tous les jours : la nourriture dans nos assiettes et comment se chauffer, se déplacer. L’économie nous semble un peu plus austère et on ira, avec bonheur, de surprise en surprise dans ce parcours très clair. La démocratie, dont on oublie souvent qu’elle est un bon outil pour se prendre en charge, sans attendre que les gestes viennent d’en haut. Pour terminer, l’éducation car, sans elle, rien n’est possible. Eduquer nos enfants à être différents de nous, pas facile mais pourtant, là encore, c’est possible et cela existe déjà.

On réalise que chacun de nous peut agir. Car ce sont les individus qui transforment la société, comme ce patron d’une entreprise où tout est fait pour produire en respectant ceux qui produisent et en évitant de polluer. Les municipalités ont un pouvoir énorme, comme à San Francisco où on recycle tous les déchets (TOUS), comme à Kuttambakkam, petite ville rurale de l’Inde où les différentes castes cohabitent dans le même immeuble. En Suisse, ce sont des industriels qui ont mis en place un système monétaire parallèle pour ne pas subir les lois du marché international. En Angleterre, un groupe d’habitants a su redonner de l’intérêt pour les productions locales et pour l’idée de partage. Au fil des images, on se rend compte du pouvoir des municipalités, des simples citoyens et de l’importance des gestes du quotidien.

Deux autres aspects de ce documentaire sont remarquables. Tout d’abord, il a été en partie financé par un appel de fonds et plus de 10 000 personnes ont donné de l’argent, sans rien demander en retour pour que le film puise être réalisé. Une belle générosité qui montre à quel point les individus sont concernés par le devenir de la planète mais aussi par une nouvelle façon de vivre et de travailler ensemble, de participer. Enfin, le film n’oublie pas la dimension artistique du projet. C’est par la fiction qu’on entre dans le cœur de ces réalisations. Non pas la fiction qui invente ce qui n’existe pas mais la fiction qui permet, à travers l’émotion, l’élan de la générosité et le souci de montrer le beau partout où il se trouve, d’incarner ces initiatives pour montrer combien elles sont accessibles à tous. Souvent, les images de Demain parlent d’elles-mêmes, sans être accompagnées de commentaire : une façon déjà concrète qu’ont les réalisateurs pour nous immerger dans cette aventure...

Sorti en France au moment de la COP21, Demain est un documentaire généreux et porteur d’espoir pour tous ceux qui sont attentifs à la sauvegarde de l’environnement, de la création et des êtres qui y vivent.

Magali Van Reeth

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds