ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

Francofonia

vendredi 6 novembre 2015, par SIGNIS

(d’Alexander Sokourov. France/Allemagne/Pays-Bas, 2015, 1h17. Compétition officielle Mostra de Venise 2015).

Lyon, 6 novembre 2015 (Blandine Salles) – Ovni cinématographique, Francofonia n’est ni tout à fait un documentaire, ni une fiction. C’est un mélange de genre au service d’un message : l’art porte notre culture en son sein.

Francofonia fait se conjuguer trois lignes directrices différentes : une partie fiction à travers une conversation Skype à teneur philosophique, une partie documentaire où la voix-off nous livre un essai sur l’importance de Tolstoï et Chekhov dans la culture européenne, et enfin, une partie documentaire où les scènes sont reconstituées par des acteurs interprétant Jacques Jaujard et Franz Graf von Wolff-Metternich.

Si la forme peut surprendre et dérouter, le mélange des genres appuie la réflexion du réalisateur : si l’art est le fondement de notre civilisation et culture, jusqu’où faut-il aller pour le préserver et le défendre ? Ainsi, plusieurs personnages sont présentés, se mettant chacun, à leur manière, au service de l’art et de sa préservation. En effet, si notre patrimoine disparaît, sur quelle base préserver la culture française, francophone, européenne ? M. Bonaparte et Mme Marianne, allégories de l’identité française, se félicitent de posséder de telles œuvres au Louvre, et s’inquiètent de leur avenir entre de mauvaises mains, en l’occurrence celles des nazis. Heureusement, Jacques Jaujard, conservateur au Louvre sous l’occupation, est là. Ce film a le mérite de mettre en lumière cet homme peu connu du public qui, à l’encontre des ordres du régime de Vichy, organisa le déménagement des œuvres à l’abri en province, avec la complicité du commandant allemand Franz Graf von Woflf-Metternich qui ferma les yeux.

Chaque fil rouge étant entrecoupés par des scènes des deux autres, Francofonia est empreint de dynamisme, de légèreté et de poésie. En rappelant que la résistance a bien d’autres visages que la sauvegarde directe de vies humaines, Francofonia met en avant l’importance de l’art. Celui-ci est alors un liant entre les générations, les peuples, les civilisations ainsi qu’un rempart majeur à toute domination, aussi raciste soit elle.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds