ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

Le Ciel attendra

mercredi 5 octobre 2016, par SIGNIS France

(de Marie-Castille Mention-Schaar. France, 2015, 1h40.)

5 octobre 2016 (Magali Van Reeth) – Un film subtil, du cinéma généreux et intelligent autour de la radicalisation mortifère des jeunes filles voulant partir rejoindre des organismes terroristes au Moyen-Orient.

En France, 50 pour cent des jeunes qui partent rejoindre la Syrie sont issus de famille non-musulmane et 50 pour cent d’entre eux sont des filles. Frappée par ce phénomène, et par les attentats qui ont meurtri la société française en 2015 et 2016, le film de la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar suit le parcours de Sonia et Mélanie, deux jeunes filles "ordinaires", issues de familles "normales" qui, presque sans le vouloir ou le savoir, se font piéger par les recruteurs. Tout en tension, le parcours de Mélanie montre la chute d’une jeune fille généreuse, touchée par la détresse des autres, alors que celui de Sonia est une difficile renaissance vers la réalité, comme celle d’un alcoolique visant la sobriété.

Les organisations terroristes utilisent des méthodes très perfectionnées pour harponner les jeunes. Comme les publicitaires ne vendent pas de la même manière une boisson sucrée selon les pays visés, leurs méthodes s’adaptent aux sensibilités régionales. Mais partout, ce sont les techniques utilisées par les sectes : exploiter le sentiment de solitude, l’hyper sensibilité de l’adolescence pour convaincre la personne visée qu’elle est importante, qu’elle a été choisie, qu’elle est indispensable. Puis la couper peu à peu de son entourage familial et professionnel. A travers l’utilisation des réseaux sociaux - qui n’ont fait qu’amplifier les méthodes d’hameçonnage mais qui n’en sont pas la cause - le film montre bien comment la dépendance affective et le doute s’installent pour brouiller la perception de la réalité et tomber dans les pièges tendus. Pour Mélanie, ce sera sauver le monde, épouser virtuellement un prince charmant qui ne veut qu’elle,qui la veut pure et soumise.

Pour Sonia, arrêtée à la douane au moment de quitter le territoire français, le parcours de désintoxication sera très difficile. Laminée par les discours des terroristes, elle perd pied dans sa propre famille où elle est assignée à résidence, sans accès internet ni téléphone portable. C’est là qu’interviennent des structures comme celles de Dounia Bouzar, qui joue son propre rôle dans le film. Cette anthropologue du fait religieux a créé un centre d’écoute pour aider à la dé-radicalisation de ces jeunes. Des techniques qui déconstruisent patiemment le travail des exterminateurs, qui reconstruisent les repères émotionnels des victimes.

Les deux personnages principaux, Sonia et Mélanie, sont interprétés avec beaucoup de conviction par les jeunes actrices Noémie Merlant et Naomi Amarger, qui jouaient déjà dans le précédent film de Marie-Castille Mention-Schaar, Les Héritiers. Pour leurs mères, ce sont Sandrine Bonnaire et Clotilde Coureau, impressionnante dans ce rôle de mère brisée par la douleur de la perte et la honte de n’avoir "rien vu venir". Le scénario mène avec intelligence les deux parcours, évitant de manipuler le spectateur avec trop de pathos. Quelques jolis plans, notamment dans la chambre de Mélanie, renforce la sensation de gâchis face à ces destins fracassés.

Le Ciel attendra est un film intelligent, du vrai cinéma politique, engagé. Respectueux de ses personnages parce que les jeunes filles et leurs parents sont des victimes, il montre le terrible engrenage des mécanismes de harponnage utilisés par les terroristes. Il donne une image de l’Islam plus conforme à la réalité, c’est à dire soucieux de charité, de respect et de tolérance, comme le dit si bien l’amie de Mélanie lors d’une prière commune : "ce ne sont pas les détails qui comptent mais le cœur". Il montre la douleur des parents, celles des mères brisées, démunies, qui n’ont que l’amour à offrir pour sauver leur enfant. Mais le film montre aussi qu’il existe des solutions notamment à travers les actions de prévention et de dé-radicalisation.Le titre du film, Le Ciel attendra, comme la dernière image, porte cette espérance pour notre société toute entière.

Magali Van Reeth

Informations

Centre de prévention, de déradicalisation et de suivi individuel http://www.cpdsi.fr/

Numéros verts pour signaler une personne radicalisée :

France 0800 005 696

Belgique 0800/20.000

Site de Donia Bouzar, anthropologue du fait religieux : http://www.bouzar-expertises.fr/

Dounia Bouzar : "Daesh n’est pas une secte mais utilise des techniques embrigadement sectaires ; c’est un organisme totalitaire d’extermination. Il bouleverse les repères émotionnels de toutes les cultures."

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds