ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

Mia Madre (prix œcuménique Cannes 2015)

vendredi 4 décembre 2015, par SIGNIS France

(de Nanni Moretti. Italie, 2015, 1h47. Festival de Cannes 2015, compétition officielle, prix du jury œcuménique. )

Lyon, 4 décembre 2015 (Magali Van Reeth) – Histoire banale d’une femme déjà adulte, au moment du décès de sa mère. Tout est simple, limpide, ordinaire et pourtant, quel cinéma !

Margherita, le personnage principal du film, est une réalisatrice de cinéma, confrontée tous les jours à la mise en scène de la réalité, à la mise en fiction de la vraie vie. Dans son travail où elle doit gérer la reconstitution de grèves ouvrières, un acteur américain arrogant et capricieux, l’ego d’un chef opérateur, des figurants trop beaux. Dans sa vie, avec sa mère hospitalisée, un frère trop parfait, une fille adolescente et un compagnon dont elle vient de se séparer. Jusqu’à présent, elle semblait gérer sans trop y penser le désordre des plateaux de tournage et celui de sa vie affective.

Mais lorsque peu à peu elle réalise, sans vouloir vraiment l’admettre, que sa mère va mourir, le chagrin la submerge. Une lame de fond contre laquelle elle tente de résister, seule, en silence, ne sachant jamais qu’elle attitude avoir avec sa mère, n’osant pas les gestes de tendresse. Margherita se met alors à flotter dans sa vie (comme dans son appartement lors d’une fuite d’eau). Pas de grande scène dramatique, pas d’adieux déchirants, le film avance tout en légèreté, en retenue. On se glisse sans peine dans ce chagrin qui nous ressemble tant.

Vibrant hommage au cinéma mais aussi à l’enseignement du latin au lycée, le film fait des détours fantaisistes dans Rome, avec la même légèreté avec laquelle il fait intrusion dans les souvenirs d’enfance de Margherita. John Turturo fait l’odieux cabot avec bonhomie, pour nous rappeler que la tristesse peut être tenue à distance, et les enfants oublient la mort pour réclamer un scooter. Magie du cinéma, Mia Madre bruisse d’une vie réelle qui est la notre. Avec une lumineuse simplicité, Nanni Moretti remet la mort à sa juste place dans nos vies.

Au Festival de Cannes 2015 où Mia Madre était en compétition officielle, il a reçu le prix du jury œcuménique.

Magali Van Reeth

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds