ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

Mune le gardien de la lune

mercredi 14 octobre 2015, par SIGNIS France

(de Benoît Philippon et Alexandre Heboyan. France, 2014, 1h26)

Lyon, 14 octobre 2015 (Magali Van Reeth) – Quand la lumière et les ténèbres s’affrontent, ça donne un beau chaos où les ennemis sont obligés de coopérer pour ne pas sombrer ensemble.

La dispute est un thème narratif fascinant que beaucoup d’artistes ont utilisé au fil des siècles. Ceux qui s’adressent aux plus jeunes, à travers la littérature ou le cinéma, ont aussi à cœur d’exposer la complexité des relations entre les êtres humains. Et même lorsque la mise en fiction tente de s’éloigner de l’apparence humaine, elle garde les sentiments et motivations qui n’appartiennent qu’aux êtres humains.

Dans ce film, les personnages sont nés dans l’imagination fertile des réalisateurs, Benoît Philippon et Alexandre Heboyan. Ils ont des bras et des jambes, des yeux et une bouche mais l’apparence générale est plutôt du côté du fantastique. Mune est de couleur bleuté, avec des membres frêles et souples, aux longues oreilles soyeuses. Avec ses semblables, il vit la nuit, du côté de la lune. A la suite d’une cérémonie initiatique, il doit affronter Sohone, un être massif, plutôt métallique et flamboyant, au faciès géométrique, qui vit du côté du soleil. Entre ces deux mondes opposés, Cire est une créature délicate qui craint les excès de l’un comme de l’autre.

Si la science est un peu malmenée dans ce film (on espère que les parents auront à cœur de rectifier le mythe), l’aventure y trouve son compte. L’affrontement entre Mune et Sohone sera assez classique, tout comme leur nécessité de s’entraider pour ne pas mener leurs deux mondes, si différents et pourtant si liés, à la catastrophe. En revanche, le dessin choisi pour l’animation et les décors dans lesquels évoluent les différents personnages, foisonnent de couleurs, de scintillement, de trouvailles. Notamment le monde de la lune où des grelots de lumière s’ouvrent çà et là et où l’écran semble illuminé de l’intérieur. Aux cœurs des ténèbres (et du Mal), règne un être aussi volcanique qu’éblouissant. Tout le film est un régal pour les yeux.

Mune le gardien de la lune est un film d’animation, tout public à partir de 6 ans.

Magali Van Reeth

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds