ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Critiques

No man is an island

mercredi 2 décembre 2015, par SIGNIS

(de Tim De Keersmaecker, Belgique, 2015, 70 min).

Bruxelles, 2 décembre 2015 (SIGNIS/I.V). Le Pape, en 2013 déjà, s’était rendu à cet petite île Lampedusa, la porte de l’Europe. C’était son premier déplacement hors de Rome. Depuis, la petite île italienne, à mi-chemin entre les côte africaine et européenne, est au centre des médias. De plus en plus de migrants y arrivent, après un périple long et dangereux, afin d’entrer en Europe. Lampedusa est le cadre du documentaire belge qui sort aujourd’hui dans les salles «  No man is an island  ».

Le jeune cinéaste Tim de Keersmaecker nous montre, via deux jeunes réfugiés, le difficile parcours d’intégration. En effet, si beaucoup ne font que passer par l’île, ces deux jeunes y restent, et y trouvent des « familles d’adoption ».

Il y a d’abord Omar, un réfugié tunisien de 21 ans, qui a fui son pays suite au printemps arabe, en 2011. Arrivé à Lampedusa, il est adopté par la famille d’un médecin, Dr Bartolo. En effet, de nombreux habitants de l’île font tout pour aider ces jeunes, malgré les conditions économiques difficiles. Grâce à lui, il a même trouvé un emploi en tant qu’interprète dans le centre de détention local.
On découvre ensuite Adam, un Ghanéen de 16 ans. Il est accueilli par un gérant d’un hôtel, et y trouvera un emploi.

Même si les deux jeunes ont un toit et de quoi se nourrir, ils ne sont pas réellement heureux. Ils rêvent d’une réelle liberté, d’une vie normale, où ils ne seraient pas « enfermés » sur cette île. Ils voyaient Lampedusa comme la terre promise, mais l’est-elle réellement ?

Tim de Keersmaecker donne la parole aux réfugiés, mais aussi aux habitants de l’île qui ont vu leur quotidien chamboulé depuis plusieurs années. Ce documentaire nous montre qu’au-delà de l’accueil, il y a l’intégration. Et ce n’est facile pour personne. Un documentaire touchant, sur une réalité difficile.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds