ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Festivals

Retour sur le festival Ciné Latino de Toulouse

jeudi 31 mars 2016, par SIGNIS

Toulouse, 31 mars 2016 (Véronique Bobin). La 28ème édition du festival Ciné Latino qui s’est déroulée du 11 au 20 mars 2016 à Toulouse a accueilli 50 000 visiteurs cette année. Depuis sa création, Ciné Latino permet à de nombreux réalisateurs et talents prometteurs du cinéma d’Amérique latine de se faire connaître.

Le soutien inconditionnel de la nouvelle région Midi Pyrénées Languedoc Roussillon et la présence de 300 bénévoles assurent le succès croissant de cet évènement devenu incontournable dans la ville. La grande qualité de la programmation nous a offert une mosaïque de films, documentaires et courts métrages, sur fond de souffrance d’un peuple en pleine mutation.

Fil conducteur de cette édition : quelles sont les répercussions sur les individus de la mondialisation grandissante ? Réveil des traumatismes, système familial, rôle des femmes, enfance volée, solitude, violence, corruption.

Comment se situer et surmonter la perte des repères induits par les nombreux bouleversements de la société ?/déplacements des populations, exils forcés, poids des traditions et exigence de modernité, quête d’identité, menace sur l’agriculture traditionnelle, corruption.

Message d’espoir de ce cinéma témoin d’un monde qui vole en éclats : la famille, même disloquée, reste le socle fondateur pour survivre au quotidien.

Afin d’illustrer ces thèmes, penchons nous sur l’analyse de quelques pépites.

  • La famille malmenée par les bouleversements socio-économiques pousse les individus à un retour aux racines.

FUI BANQUERO (France/Cuba) - Olivier vient de perdre son père quand il arrive à Cuba. A la mémoire de celui qui savait si bien lui raconter ce pays, il décide d’explorer le passé familial et part à la recherche de son ancêtre le pirate El Loco. La quête d’Olivier nous parle de filiation et de transmission. Pour savoir qui il est, Olivier a besoin de savoir d’où il vient. Cette quête des origines lui permettra de faire le deuil de son père et de devenir père lui-même.

ANTES O TEMPO NAO ACABAVA /Avant le temps ne finissait pas (Brésil) – Originaire d’une tribu amazonienne, Anderson a été soumis dans l’enfance à un rituel traumatisant, destiné à le faire passer à l’âge adulte. Désormais confronté au travail en usine, mais vivant toujours dans sa communauté, Anderson est en conflit entre ses racines et la modernité. Ce film nous parle des épreuves de la construction identitaire et du poids des traditions ancestrales qu’il ne faut pas renier.

  • Les mutations de la société entrainent l’éclatement de la cellule familiale, la désertion des parents et sont synonymes d’enfance volée.

CHALA, UNE ENFANCE CUBAINE (Cuba) - Chala, un jeune garçon de 11 ans vit seul avec sa mère droguée et prostituée. Pour faire bouillir la marmite, il mène des combats de chiens et fait du trafic de pigeons. Chala reste un enfant mais bascule trop vite dans le monde des adultes et sa violence. C’est auprès de son institutrice qui le guide qu’il trouvera le réconfort d’une mère de substitution pour l’aider à grandir. Un très beau rôle porté par un jeune acteur prometteur.

ALIAS MARIA (Colombie) – Maria est une jeune fille de 13 ans qui mène la guérilla dans la jungle colombienne. Enrôlée de force, elle reçoit la mission de mettre à l’abri le fils du commandant du camp, qu’il a eu en secret avec une combattante. Vivant la violence et les épreuves, Maria découvre qu’elle est enceinte et décide de prendre la fuite. Féminité oubliée, femmes proies sexuelles des guérilleros et violence de la jungle témoignent de la condition dramatique des enfants soldats en Colombie.

AUSENCIA ABSENCE (Brésil/Chili/France) – A 14ans, Serginho est délaissé par sa mère déprimée et doit s’occuper de son petit frère. En l’absence de son père qui a quitté le foyer familial, il recherche désespérément auprès de son professeur l’amour de parents absents .Enfance volée là aussi, pour un adolescent qui doit trop tôt assumer des responsabilités d’adulte.

  • le monde rural est menacé par la mondialisation

SUNU (Mexique) - ou la défense par des paysans producteurs de maïs d’une agriculture traditionnelle face à l’industrialisation .Un documentaire plein d’enseignements sur les modes de cultures ancestraux, qui rassemble les familles et assure leur survie.

Et tant d’autres beaux films à découvrir...

Que de richesses pour ce festival Ciné Latino, reflet d’une Amérique du Sud et d’un peuple en devenir. Mais nos sociétés ne sont elles pas tout aussi concernées ?

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds