ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Festivals

Retour sur le festival de Films Africains Emergents

mardi 7 février 2017, par SIGNIS

Lomé, 7 février 2017 (Dorothée Broohm/Présence Chrétienne). La 3ème édition du Festival de Films Africains Emergents a eu lieu récemment à Lomé. Ce festival permet de célébrer la jeune génération du 7ème art et de leur donner l’opportunité de faire découvrir leurs réalisations autour du thème « Le cinéma et la télévision à l’ère de l’internet ». A la suite de cette compétition, trois films, dont deux togolais, ont été primés.

Les lauréats du Festival de Films Africains Emergents ont été connus au cours d’une soirée d’apothéose. Vingt films, dont quatorze fictions et six documentaires, étaient en compétition, en plus de trois films hors compétition. A l’issue du festival, le Prix du meilleur documentaire est allé au film togolais Moi moche et vivant de Justin Kpatchaa qui relate l’histoire d’un jeune homme atteint de l’encéphalopathie. Ses parents, séparés, l’ont abandonné. Pour survivre, Adjo fait de menus travaux…Et il va à l’église pour prier afin que Dieu lui accorde une longue vie.

Le prix de la meilleure fiction a été décerné au Camerounais Ymolujo Ludovic Ytemben pour son film Maïeuticien driver. C’est le récit d’un chauffeur de taxi-brousse qui s’est vu obligé d’accoucher une femme qu’il transportait parce que sa voiture était tombée en panne en pleine brousse alors qu’il l’amenait à l’hôpital. Le coup de cœur du jury est allé au film Mayi du Togolais Corneille da Silveira, qui met l’accent sur le bienfondé de la scolarisation des filles. Enfin, la direction du festival a octroyé un prix spécial : celui de la meilleure interprétation à l’actrice Carole Simfeyedjowa dans le film Le jardin d’Akoua, un film hors compétition où il était question de l’infidélité, de l’avortement et de l’amour dans le couple.

Le président du jury, M. Kuami Apelete, a fait savoir que des critères tels que la qualité des images, du son, l’intérêt du sujet et l’originalité du thème ont milité en faveur des lauréats, « mais [que le jury a] tenu compte aussi qu’il s’agissait des jeunes débutants donc [le jury] a fait parler également ses émotions, du fait que le film les emballe ou pas… Après tout ce sont des cinéastes émergents ».

Ce festival, qui en est à sa troisième édition, se veut être une vitrine pour les jeunes cinéastes et professionnels de l’audiovisuel de la nouvelle génération. Pour le directeur du festival, M. Joël Tchedré, l’objectif de cette rencontre du 7ème art au Togo, est atteint. « Je sors de ce festival avec une impression de surprise agréable car notre objectif, qui était de faire adhérer le public togolais à ce projet, est atteint. Car le public était au rendez- vous pour assister aux activités du festival », a précisé le réalisateur Joël Tchedré.

En effet, les cinéphiles ont été nombreux aux soirées de projections des films aussi bien ceux en compétition que hors compétition. Au programme de cette manifestation dans les matinées, des ateliers sur « le jeu d’acteur », « l’éclairage dans un décor de cinéma », « Ecriture de scénario » et une conférence sur le thème du festival à savoir « Le cinéma et la télévision à l’ère de l’internet ».

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds