ACCUEIL >Nos actions >Cinéma >Prix

Prix SIGNIS au Festival du Film de Zanzibar

mardi 19 juillet 2016, par SIGNIS

Zanzibar, 19 juillet 2016 (SIGNIS). Lors de la 18ème édition du Festival international du Film de Zanzibar (ZIFF), qui s’est déroulée du 9 au 17 juillet, SIGNIS a décerné deux prix et une mention spéciale.

SIGNIS a remis son prix à Watatu, de Nick Reding (Kenya, 2015).

Watatu est un film réalisé à Mombasa, au Kenya, où le problème de la radicalisation religieuse divise la société. La radicalisation des jeunes devient lentement, mais sûrement, un problème dans toute la région, voire même dans le monde entier. Le Jury a reconnu les qualités artistiques du film, soulignant que « le film a une manière originale de présenter les problèmes issus du radicalisme religieux, qui touche le monde entier » et qu’il y a « un équilibre entre un sens de l’humour et la gravité du sujet ». Le Jury a aussi noté que le film a un impact universel puisqu’il évoque les aspects universels de la société actuelle, tels que la tolérance ethnique et religieuse, le danger du radicalisme et l’endoctrinement des jeunes. Enfin, le Jury a déclaré que « dans le film, il y a une originalité dans l’utilisation du public comme vecteur du message ».

SIGNIS a aussi remis un “East African Talent Award” à A Place for Myself, de Clementine Dusabejambo (Rwanda, 2016)

Ce court métrage raconte l’amour d’une mère pour sa fille albinos, ce qui l’amène à se battre d’une manière non violente pour les droits des enfants à l’éducation et à une vie digne. Le Jury a expliqué que « l’histoire est racontée du point de vue de la mère souffrante et de l’enfant stigmatisée par son handicap. La manière selon laquelle la mère confronte le professeur et les autres parents est un facteur intéressant du film : en n’utilisant pas la violence, mais le dialogue et les lettres. » Le film souligne l’importance de la tolérance envers « les gens qui sont différents de nous, particulièrement ceux atteints d’albinisme et de tout autre handicap » et lutte pour « une reconnaissance des droits des personnes handicapées ou atteintes d’albinisme ». Le Jury a également expliqué que « le film est si simple, mais l’intrigue est construite d’une manière unique – autour de l’expérience stigmatisante que la mère et l’enfant vivent » et que « la manière selon laquelle l’enfant lutte pour comprendre sa situation émeut le spectateur. »

Le Jury SIGNIS a également décerné une mention spéciale à Me Belgian, My Mother Ghanian, de Adams Mensah.

Le réalisateur nous emmène dans un voyage personnel, via sa propre expérience. Il a tenté d’obtenir des soins de santé pour sa mère malade en l’emmenant en Belgique afin de rester avec le reste de la famille. Cependant, il n’a pas pu obtenir de Visa. Adams aborde un des sujets de la migration africaine en Europe d’une manière captivante. Le Jury a expliqué que ce qui rend le film intéressant est que « la souffrance de sa mère devient sa propre souffrance, alors qu’il essaye de surmonter les obstacles de la bureaucratie ». Le film plaide pour que tous les êtres humains aient des opportunités et des traitements égaux. Il y a un besoin urgent de politiques qui promeuvent la bonté humaine lorsque l’on touche aux problèmes de la migration. Le film aborde également « le mauvais côté de la corruption, qui rend les gens inhumains ». Le documentaire « sensibilise réellement au sujet des difficultés des Africains dont les familles sont désintégrées à cause de la migration ».

Les membres du Jury étaient

  • Pamela Adinda, Kenya
  • Fr. Andrew Kaufa, Malawi
  • Barbara Brugmans, Belgique
Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds