ACCUEIL >Nos actions >Journalisme

RSF lance la campagne : « Certaines victoires ne méritent pas de médaille »

vendredi 5 août 2016, par SIGNIS

Rio de Janeiro, 5 août 2016 (RSF). Ce soir, les Jeux Olympiques 2016 seront officiellement lancés à Rio, au Brésil. Reporters sans frontières (RSF) profite de cet événement mondial et de l’attention que le monde entier porte sur le pays pour lancer une campagne de sensibilisation pour dénoncer les violences commises contre les journalistes au Brésil : « Certaines victoires ne méritent pas de médaille ».

Selon RSF, depuis les derniers JO en 2012, le Brésil est devenu le « second pays le plus meurtrier d’Amérique latine pour la profession », derrière le Mexique, avec au moins 22 journalistes assassinés. Dans la plupart des cas recensés par RSF, ces reporters, animateurs radio, blogueurs et autres professionnels de la communication, couvraient et enquêtaient sur des thèmes liés à la corruption, aux politiques publiques ou au crime organisé, plus particulièrement dans les petites et moyennes villes du pays.

La campagne « Certaines victoires ne méritent pas de médaille » vise « à sensibiliser la société brésilienne et la communauté internationale sur les risques encourus par la profession », ainsi qu’à « mettre la pression sur les autorités pour l’adoption de mesures concrètes de renforcement de la sécurité des journalistes. »

Concrètement, le bureau de RSF à Rio se rendra sur plusieurs sites olympiques pendant toute la durée des Jeux.

En mars 2014, un rapport sur la violence contre les journalistes au Brésil a été publié par le Secrétariat aux Droits humains (SDH). Ce rapport a recensé pas moins de 321 journalistes victimes de violences entre 2009 et 2014. Le texte soulignait l’implication directe des autorités locales dans ces cas d’exactions, et pointait du doigt l’impunité comme facteur favorisant la répétition de ces agressions. Plusieurs recommandations fondamentales ont été présentées dans le rapport, mais aucune d’entre elles n’a été jusqu’ici mise en œuvre. RSF souhaite relancer le débat en insistant particulièrement sur quatre propositions phares :

  • La mise en place d’un Observatoire public sur les violences contre les journalistes, en partenariat avec les Nations Unies.
  • L’extension aux journalistes et blogueurs victimes de menaces et de tentatives d’assassinat du Programme de protection pour les défenseurs des Droits de l’Homme (PPDDH).
  • La fédéralisation des enquêtes sur les crimes commis contre les journalistes pour faire face à l’inertie flagrante des autorités locales dans certaines affaires.
  • La mise en place de procédures de bonne conduite pour les agents des forces de l’ordre, basées sur des principes de non-violence déjà établis par la Résolution n°6 du 18 juin 2013 du Conseil de défense des droits de la personne humaine, afin d’assurer la sécurité des journalistes lors des manifestations.

Plus d’infos sur la campagne ici.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds