ACCUEIL >Nos actions >Monde numérique

Attentats de Paris - les rôles des réseaux sociaux

lundi 16 novembre 2015, par SIGNIS

New York, Bruxelles, 16 novembre 2015 (Forbes.com/SIGNIS/ Federico Guerrini). Le site internet américain, forbes.com, est un media majeur d’Internet qui a publié un article intéressant, par le journaliste Federico Guerrini, sur les Réseaux sociaux et les attentats de Paris du 13 novembre 2015.

Il commence son article par une réflexion sur l’attaque de Charlie Hebdo, de janvier dernier, et la réaction du gouvernement français qui avait plaidé pour une nouvelle législation afin d’arrêter l’usage des réseaux sociaux comme des véhicules de discours de haine par les supporters d’ISIS, qui utilisaient également ces plateformes pour coordonner leurs actes terroristes.

Ensuite, il a pointé le fait qu’Harlem Désir, secrétaire d’Etat pour les affaires européennes, a proposé un cadre juridique international qui rendrait Facebook et trwiiter responsables lorsqu’ils sont utilisés pour diffuser des messages prônant la violence. « mais les attaques qui ont ravagées la capitale française ont montré comment les réseaux sociaux peuvent aussi jouer un rôle positif. Facebook a activé l’outil « Safety Check », introduit en octobre 2014, pour aider les gens des zones affectées par les attaques à faire savoir à leurs proches qu’ils étaient en sécurité. Twitter a également été utile : des résidents ont utilisé le hashtag #porteouverte pour offrir un toit aux gens perdus dans la ville. Un autre hashtag important, #rechercheParis, est utilisé pour chercher des proches portés disparus qui ont été vus pour la dernière fois près des lieux des attentats », a dit Guerrini.

#PrayForParis

Guerrini a réalisé que #ParisAttacks et #FranceUnderAttack diffusaient des informations et des mises à jour à propos des attaques, et #PrayForParis rassemblait des messages de solidarité et de soutien pour les victimes et les citoyens.
Mais il y a aussi un côté plus sombre des réseaux sociaux qu’il a souhaité souligné : « quand il y a une catastrophe, ils peuvent facilement devenir source de désinformation. Comme l’a noté un journaliste de la BBC, Dave Lee, c’est difficile, dans la confusion, de distinguer les fausses rumeurs des vraies informations. Quand un camp de réfugiés à Calais a été en feu, par exemple, quelqu’un a Tweeté que c’était un acte de vengeance, alors que c’était probablement du à un feu électrique ».

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds