ACCUEIL >Nos actions >Monde numérique

Cyber-protection pour les enfants

lundi 14 décembre 2015, par SIGNIS

Cebu, Bruxelles, 14 décembre 2015 (ANS/SIGNIS). Les 1er et 2 décembre derniers, une conférence internationale sous le titre « Ako Para sa Bata » (Je reste avec les enfants) s’est déroulée à Cebu City, et a vu la participation de plus de 900 personnes : fonctionnaires, forces de l’ordre, assistants sociaux et éducateurs. L’événement était organisé par le « Child Protection Network », une ONG qui s’occupe d’accroitre, au niveau national, l’accès des enfants victimes d’abus aux services mis en place pour les aider.

La conférence, la première de ce genre à Cebu City, s’est centrée sur le thème de la « cyber-protection » des enfants, partant du postulat que l’usage d’Internet et des dispositifs mobiles, en plus d’offrir de nombreux divertissements, rend les enfants et les jeunes plus vulnérables aux abus et à l’exploitation.

Des sessions plénières étaient prévues le matin, pour offrir un panoramique de la cyberculture – nationale et mondiale – sur l’abus des mineurs et l’exploitation en ligne. Une recherche de l’UNICEF sur la protection des mineurs en ligne a également été présentée.

Les sessions de l’après-midi concernaient des sujets plus larges : le harcèlement en ligne, l’attrait on-line à la pornographie, être de bons parents dans l’ère digitale, les efforts réalisés pour combattre la pédophilie en ligne, ou encore la dépendance à Internet et les lois sur la criminalité informatique – qui doivent être mises à jour.

Les conférenciers venaient de divers milieux de compétence. Ricardo Paras Jr., Consultant du Département de la Justice, a déclaré que 1500 jeunes interviewés avaient admis s’être exposés à la pornographie on-line. Dorothy Rozga, Directrice exécutive d’un organisme engagé à « mettre fin à la prostitution et à la pornographie infantile et au trafic d’enfants à des fins sexuelles » (ECPAT), a dit que chaque jour, 1,8 milliard de photos pornographiques étaient téléchargées, et que 270.000 de celles-ci concernent des mineurs. Maria Ivy Castillo, Superviseur du Groupe contre le Cyber-Crime a, quant à elle, déclaré que les Philippines détenaient un de plus haut pourcentage au monde en ce qui concerne les cas d’extorsions sexuelles.

A la conférence, le P. Fidel Orendain, SDB, est également intervenu, et a parlé des « Défis de la Cyberculture pour l’éducation et la famille philippine ». Par ailleurs, il faisait partie de l’équipe organisatrice de la conférence. Parmi les participants, on retrouvait également divers représentants de différents centres salésiens.

Comme a dit Mme Emma Llanto, pédiatre, « il faut tout un village pour protéger nos enfants ». Pour cela, il est nécessaire faire participer différentes agences : médecins, police, assistants sociaux, éducateurs et parents, qui étendent le réseau de protection des enfants dans la société.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds