ACCUEIL >Nos actions >Monde numérique

Facebook Messenger peut désormais reconnaître les visages, l’UE va-t-elle donner son autorisation ?

jeudi 12 novembre 2015, par SIGNIS

Londres, Bruxelles, 12 novembre 2015 (The Guardian/SIGNIS). L’application Messenger de Facebook a une nouvelle caractéristique : il est possible de reconnaître le visage d’un « ami » sur les photos téléchargées sur le service. Cette nouvelle reconnaissance faciale est d’abord disponible en Australie, mais pourrait ne jamais être possible en Europe, dû à des questions liées à la protection de la vie privée.

Vu la longue querelle entre le réseau social et les régulateurs de protection de données européens sur la question de savoir si la reconnaissance faciale porte atteinte au droit à la vie privée, cette caractéristique pourrait ne jamais être accessible en Europe.

Mark Zuckerberg talks about the Messenger app during the Facebook F8 Developer Conference in San Francisco. Photograph : Eric Risberg/APPour les utilisateurs qui possèdent cette option, baptisée « photo magic », Messenger peut désormais accéder à leur galerie photo et analyser les photos récentes pour voir s’il y a des visages reconnaissables. S’il y en a, Messenger va les inciter à partager les identifications grâce à une notification.

Un représentant de Facebook a déclaré que cette « nouvelle option » est destinée à « faciliter le partage des photos sur Messenger ». « Envoyer des photos d’amis, et particulièrement de groupes d’amis, est toujours trop compliqué. Grâce à Photo Magic, Messenger reconnaît vos amis dans vos photos et permet de partager vos photos avec ces amis en juste deux clics. »

Cependant, il est possible pour les utilisateurs de bloquer cette option de reconnaissance automatique sur les photos téléchargées par leurs amis en changeant un paramètre dans la section « Timeline et identification » des options Facebook.

Dans les pays européens, cela pourrait mettre du temps avant que cette option apparaisse. En effet, le premier essai de l’entreprise d’introduire la reconnaissance faciale, en 2011, avait été démolie par l’autorité irlandaise de protection des données, qui avait obligé au retrait de l’option quelques mois plus tard.

Il aura fallu attendre jusque 2014 pour que « Suggestion d’identification », le nom donné à cette première identification faciale, revienne sur le territoire européen, mais pour une portée limitée : les Européens peuvent utiliser cette option pour identifier les utilisateurs américains qui l’ont accepté, mais ne peuvent pas paramétrer Facebook pour reconnaître d’autres européens.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds