ACCUEIL >Nos actions >Radio

Les droits des radios communautaires au Costa Rica

mardi 10 novembre 2015, par SIGNIS

San José, Bruxelles, 10 novembre 2015 (SIGNIS/Vinicio Chacón/Seminario Universidad). La Commission Interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH) a publié un rapport dans lequel il constate que le contrôle et la distribution des biens et des ressources publiques attribués au fonctionnement des médias de communication « ont un effet clair sur le droit à la liberté d’expression ». Le rapport ajoute que la liberté d’expression a une double dimension : « le droit des personnes qui utilisent de tels moyens pour s’exprimer librement, et le droit pour la société entière de recevoir des idées et des opinions diverses. »

Le document se réfère au cas d’une station de radio communautaire au Chili, la radio Estrella de Mar, pour laquelle les employés et le public ont fait appel à la Commission suite à un refus des autorités locales à fournir l’électricité. L’information a été rendue publique par le Centre pour la Justice et le Droit International (CEJIL) à travers un communiqué dans lequel Liliana Tojo, directrice des programmes pour la Bolivie et le Cône Sud de CEJIL, représentait les victimes : « les critères développés dans le rapport de la CIDH n’ont pas seulement un impact pour le Chili et ce cas précis, mais aussi pour d’autres contextes et situations dans lesquels l’exercice de la liberté d’expression peut être affecté. »

Tojo a ajouté que la Commission « a clairement établi qu’on ne peut admettre que derrière un exercice apparemment légitime de l’état se cachent des moyens discriminatoires ou de censure indirecte pour punir ou faire pression sur un média pour avoir diffusé des opinions critiques ».

Droit fondamental

Le rapport ajoute « que de la même manière que les syndicats constituent des instruments pour l’exercice du droit d’association et des travailleurs et que les partis politiques sont des véhicules pour l’exercice des droits politiques des citoyens ; les médias sont des mécanismes qui servent à l’exercice du droit fondamental à la liberté d’expression de ceux qui les utilisent comme moyen de diffusion de ses idées et informations ».

Au Costa Rica, la loi du contrôle de la radio – qui date de 1954- ne comprend pas l’établissement des radios communautaires.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds