ACCUEIL >Nos actions >Radio

Prêcher à travers la zone démilitarisée en Corée

lundi 2 novembre 2015, par SIGNIS

Séoul, Bruxelles, 2 novembre 2015 (UCAN/SIGNIS). Lorsque la Corée du Nord a célébré le 70ème anniversaire de la création du parti au pouvoir le 10 octobre dernier, le message du dirigeant Kim Jong-un était un message d’unité et de force. Après un défilé de missiles et de troupes militaires marchant au pas, le jeune dictateur a déclaré que la Corée du Nord était devenue une « forteresse impénétrable » et prête à entrer en guerre contre les États-Unis, dans un discours relayé sur la télévision et la radio étatique.

Ce soir-là, une radio catholique a diffusé l’un des rares messages contraire à cette version. Basée à Séoul, Free North Korea Radio a parlé de Hwang Jang-yop, un des fondateurs du Parti des travailleurs de Corée. L’émission a expliqué comment Hwang est arrivé en Corée du Sud en 1997 et s’est converti au christianisme. « Il est venu pour reconnaître un pouvoir plus grand que le régime de Kim », a lu le présentateur, selon une retranscription vue par ucanews.com. « Il est venu pour connaître Dieu, le créateur de toutes choses ». Les stations de radio chrétiennes basées en Corée du Sud ont réussi à surmonter une foule d’obstacles pour diffuser leur message religieux à travers la zone démilitarisée.

Propagande de guerre

Une guerre idéologique sévit sur les ondes nord-coréennes depuis que la péninsule s’est séparée à la fin de la guerre de Corée en 1953. Une poignée de diffuseurs étatiques font la propagande du clan Kim. En réaction, des transfuges se sont alliés avec des stations de Corée du Sud pour diffuser des informations censurées par le régime, y compris des messages religieux.

Far East Broadcasting Company, une station lancée par un vétéran américain de la seconde guerre mondiale afin d’évangéliser en Asie, a commencer à transmettre l’Évangile en Corée du Nord en 1953. C’était le seul diffuseur religieux de ce pays communiste pendant plus d’un demi siècle, jusqu’en 2006, lorsque deux autres stations, dirigées par des américains, ont commencé : Free North Korea Radio et Voice of the Martyrs Korea.

Exploitée par la Defense Forum Foundation, une organisation de charité américaine dirigée par d’anciens militaires et politiciens, Free North Korea Radio produit des programmes séculaires et offre des créneaux à des sponsors chrétiens. Chaque weekend de Pâques, elle diffuse un service catholique, et une messe catholique est planifiée pour le mois prochain, a écrit par email la présidente de la fondation, Suzanne Scholte.

JPEG - 22.2 ko
Pastor Eric Foley and Hyun Sook

Établie par le Pasteur américain Eric Foley et sa femme coréenne Hyun Sook, Voice of the Martyrs Korea diffuse tous les jours pendant 90 minutes, atteignant tous les coins de la Corée du Nord. Son message est un message d’espoir teinté de désespoir. Les annonceurs nord et sud coréens copient un style de diffusion familier à la population du nord de la zone démilitarisée, offrant des astuces sur comment être un chef chrétien dans un pays où la religion est interdite. Les programmes ont pour but d’aider les 300.000 chrétiens pratiquant en secret en Corée du Nord de comprendre la persécution à laquelle ils font face. « Les chrétiens de Corée du Nord souffrent plus que vous ou moi, pourtant ils ne comprennent généralement pas leur souffrance » a déclaré le pasteur américain Tim Dillmuth, un représentant de Voice of the Martyrs Korea.

« Beaucoup de Chrétiens interprètent que Dieu est fâché avec eux ou qu’ils ne mènent pas une bonne vie chrétienne parce qu’ils souffrent. Donc on essaye de les aider à comprendre ».

Le régime a essayé de bloquer ces diffuseurs chrétiens pirates, mais sans y parvenir. Toutes les radios vendues légalement en Corée du Nord doivent être allumées uniquement sur une station étatique, et sont fermées par un joint de sécurité. Cependant, avec la chute de l’économie ces dernières années et l’afflux de marchandises à travers la frontière chinoise, des radios sont désormais disponibles au marché noir. Certains groupes de Corée du Sud envoient également des radios ou des DVD dans les zones démilitarisées via des montgolfières. Des enquêtes suggèrent qu’il y aurait jusqu’à 2 millions de radios illégales en Corée du Nord.

Des diffuseurs comme Voice of the Martyrs Korea utilisent des fréquences courtes parce qu’elles voyagent plus vite. Mais ces fréquences sont plus facilement brouillées. Le régime utilise généralement un « bruit d’avion à réaction » pour bloquer les transmissions venant du Sud, avec des résultats mitigés. La Corée du Nord a amélioré sa diffusion radio mais les pénuries d’électricité chroniques ont sapé les efforts dans le passé.

Voice of the Martyrs Korea est aussi capable de changer de fréquences et de transférer ses antennes, a dit Dillmuth. « L’un des meilleurs témoignages de notre efficacité est probablement l’effort utilisé par le gouvernement pour nous bloquer ».

Audience

Au milieu de tous les brouillages, une question importante demeure : les gens écoutent-ils réellement ? Voice of the Martyrs Korea inclut sur son site internet des témoignages, notamment celui d’une anonyme qui a déclaré avoir entendu des émissions chrétiennes lorsqu’elle était en Corée du Nord. Dillmuth a également donné deux autres exemples, dont celui d’un prisonnier ayant entendu d’autres personnes de sa cellule parler d’avoir entendu ce genre d’émissions.

Ceux qui clament avoir écouté ces émissions en Corée du Nord sont rares, a dit Jung Jin-Heon, un chercheur à l’Institut Max Planck pour les études des religions et des diversités ethniques. Jung, auteur du livre « Migration et religion en Asie de l’Est : les rencontres évangéliques des migrants nord-coréens », a interviewé des dizaines de transfuges durant ces 20 dernières années et dit que des points d’interrogation restent sur l’efficacité de ces émissions. « J’ai trouvé peu d’impact sur la propagande séculaire ou religieuse de ces émissions au Nord, en réalité ».

Les diffuseurs de radio qui transmettent en Corée du Nord restent parmi les rares organisations de média dans le monde qui n’ont aucune idée de leur part d’audience. Leur mission reste une mission de foi. Scholte n’a pas répondu à une demande d’interview à propos de Free North Korea Radio, mais a écrit par mail qu’elle pensait que la station avait un impact. « Je suis persuadée qu’il y a des croyants cachés, catholiques ou protestants, mais également que l’Église grandit en Corée du Nord, avec le flux d’information ».

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds