ACCUEIL >Nos actions >Radio

Que pensent les jeunes congolais de la radio ?

vendredi 19 février 2016, par SIGNIS

Kinshasa, Bruxelles, 19 février 2016 (AllAfrica/SIGNIS). Au moment où Internet a fait son entrée dans tous les espaces de vie et les télévisions diffusent des infos en continu 24 heures sur 24, quelle place a la radio dans le quotidien des jeunes ? A l’occasion de la journée mondiale de la radio célébrée le 13 février, Jude Bilanda, reporter chez allafrica.com a interrogé des jeunes de Kinshasa sur l’intérêt qu’ils portent à ce média.

Jules, étudiant en sciences sociales, préfère analyser le contenu des radios congolaises. « A part la Radio Okapi qui a gardé sa ligne éditoriale, il y a un problème d’éthique dans les médias. Nous avons une masse des personnes qui se sont jetées dans les medias et qui ne savent pas quoi dire. Chaque dimanche après-midi, dans toutes les radios, vous avez les émissions de musique », affirme-t-il.

Randy est également un jeune de Kinshasa. Il s’attaque aux « commerçants » qui se sont lancés dans le secteur des médias. « Il y a des commerçants qui se sont lancés dans ce secteur à la place des professionnels. Ils préfèrent diffuser trop de publicités et on ne sait plus différencier une radio d’information à une radio de publicité. Quand j’écoute RFI, par exemple, elle a une identité. A chaque fois, ils annoncent l’information et juste après c’est une émission qui suit », explique Randy. Pour lui, chaque radio devrait présenter aux autorités sa grille de programmes et s’attacher à la respecter.

Bruno se dit aussi « déçu » par l’offre éditoriale de certaines radios qui émettent à Kinshasa. « Une radio doit informer, former et divertir ses auditeurs et non citer les noms des gens tout au long des émissions. Ce n’est pas ce que nous les jeunes, nous cherchons », indique-t-il.

Jacques qui se joint à la discussion évoque l’importance de la radio en RDC. « La montée de la radio est une bonne chose pour la RDC et ça il faut l’accepter. Aujourd’hui tout le monde peut être informé grâce à la radio », note-t-il, invitant cependant les autorités à former les professionnels de ce média.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds