ACCUEIL >Nos actions >Télévision

Black-ish, une série télévisée qui ose

lundi 29 février 2016, par SIGNIS

Bruxelles, 29 février 2016 (I.V./SIGNIS). Les séries télévisées sont de plus en plus présentes dans nos salons. Les chaines de télévision en proposent de plus en plus, et pour tous les goûts. Une des raisons de leur popularité montante est leur capacité à véhiculer de vrais messages et d’aborder des sujets qui sont souvent trop délicats pour être abordés dans des films. Cette semaine, la série télévisée Black-ish l’a prouvé en abordant un thème particulièrement controversé.

Cette série américaine, créée en 2014 par Kenya Barris raconte la vie d’une famille d’afro-américain. Selon Télérama, Black-ish « questionne les notions d’origine, de culture, d’identité, dans une Amérique secouée, qui se rêvait égalitaire et apaisée depuis l’élection de Barack Obama, mais où le racisme, les a priori et autres stéréotypes sont toujours vifs ».

La Famille Johnson vit dans un quartier huppé de Los Angeles, et affiche tous les signes de la réussite sociale. Cependant, après une promotion dans son entreprise, le père de famille réalise « qu’il a "blanchi", et que ses enfants ignorent tout de la culture afro-américaine. Il décide d’y remédier. ».

Lors de l’épisode diffusé le mercredi 24 février dernier aux États-Unis par la chaine ABC, « Hope » (Espoir), les producteurs ont décidé de s’attaquer à un sujet qui fait débat, particulièrement aux États-Unis : les violences policières face aux personnes de couleur. C’était un pari risqué, mais réussi, avec un épisode à la fois drôle et triste, mais surtout honnête.

Depuis sa diffusion, les médias américains ne parlent que de ça, et la série est félicitée de toutes parts. Mercredi soir, plus de 90.000 tweets ont été lancés sur la série, soit 25 fois plus que d’habitude.

Le discours du père de la famille Johnson (ci-dessous) a depuis été vu des milliers de fois.

Abonnez-vous à notre Newsletter
SIGNIS in the world
Choose your organization in the world.

Adds