englishespagñolfrançais
Cinéma - Critiques
imprimer l’article


Dans la même rubrique
  1. Calvary
  2. L’homme du peuple/Wałęsa. Człowiek z nadziei
  3. The Search
  4. Un mois de cinéma (octobre 2014)
  5. Quand vient la nuit/The Drop
  6. Respire
  7. Marie Heurtin
  8. Bande de filles
  9. Chemin de croix (Prix oecuménique à la Berlinale 2014)
  10. Samba
  11. Le Sel de la terre
  12. National Gallery
  13. Still the Water
  14. Mommy
  15. Saint Laurent
  16. The Tribe
  17. Bodybuilder
  18. Un mois de cinéma (été 2014)
  19. Léviathan
  20. Mange tes morts, tu ne diras point
  21. Les Gens du Monde
  22. Délivre-nous du mal
  23. Party Girl
  24. Sils Maria
  25. Le Rôle de ma vie
  26. Winter Sleep, palme d’or Cannes 2014
  27. Du Goudron et des plumes
  28. Under the Skin
  29. Le Conte de la princesse Kaguya
  30. Jimmy’s Hall
  31. Mother of George
  32. Au Fil d’Ariane
  33. Un mois de cinéma (juin 2014)
  34. Résistance naturelle
  35. Palo Alto
  36. Ton Absence (Anni felici)
  37. Bird People
  38. Black Coal, Ours d’or à la Berlinale 2014
  39. La Mante religieuse
  40. Ugly
  41. Cristeros
  42. Les Drôles de poissons-chats
  43. Deux jours, une nuit
  44. La Voie de l’ennemi
  45. Nebraska
  46. Conversation animée avec Noam Chomsky
  47. 24 jours, la vérité sur l’affaire Ilan Halimi
  48. Pas son genre
  49. States of Grace/Short Term 12, prix oecuménique Locarno 2013
  50. Les Chèvres de ma mère
  51. Tom à la ferme
  52. La Promesse
  53. Les trois soeurs du Yunnan
  54. La Belle vie
  55. Tout est permis
  56. Un mois de cinéma (mars 2014)
  57. Les Chiens errants
  58. Noé
  59. Sacro GRA
  60. Her
  61. La Crême de la crême
  62. Real
  63. Leçons d’harmonie
  64. De toutes nos forces
  65. La Cour de Babel
  66. Son épouse
  67. Week-ends
  68. Gloria
  69. Ida
  70. Les Trois frères le retour
  71. Le Vent se lève
  72. Viva la liberta
  73. Un mois de cinéma (janvier 2014)
  74. Des étoiles
  75. Minuscule, la vallée des fourmis perdues
  76. Philomena
  77. A ciel ouvert
  78. Aime et fais ce que tu veux
  79. Tel père, tel fils
  80. Le Géant égoïste
  81. Suzanne
  82. Un mois de cinéma (décembre 2013)
  83. The Lunchbox
  84. A Touch of Sin
  85. Henri
  86. Rêves d’or
  87. Avant l’hiver
  88. The Immigrant
  89. "Caminhos da paz" : Le rôle des églises dans le processus de paix au Mozambique
  90. Le Dernier des injustes
  91. Gravity
  92. Quai d’Orsay
  93. Jasmine
  94. Heimat
  95. Gabrielle
  96. Omar
  97. Un mois de cinéma (octobre 2013)
  98. La Vie d’Adèle, palme d’or Cannes 2013
  99. Vandal
  100. La Vie domestique
  101. Mon âme par toi guérie
  102. Sur le chemin de l’école
  103. Elle s’en va
  104. Jimmy P., psychothérapie d’un Indien des plaines
  105. La Danza de la realidad
  106. Ilo Ilo
  107. Un mois de cinéma (août 2013)
  108. Alabama Monroe
  109. Michael Kohlhaas
  110. La Cinquième saison
  111. Ini Avan, celui qui revient
  112. Aya de Yopougon
  113. Grisgris
  114. Le Congrès
  115. Né quelque part
  116. La Passion de Michelangelo
  117. La Grande boucle
  118. Millefeuille
  119. La Grande Bellezza
  120. Le Passé
  121. Cheba Louisa
  122. Mud, sur les rives du Mississipi
  123. Hannah Arendt
  124. Un mois de cinéma (avril 2013)
  125. La Sirga
  126. La Playa
  127. Le Premier homme
  128. La Belle endormie
  129. La Maison de la radio
  130. 11.6
  131. La Religieuse
  132. L’Artiste et son modèle
  133. Au Bout du conte
  134. Croire, aimer, douter : la rude vie des espions et des cinéphiles
  135. Aquí y allá / Ici et là-bas
  136. Un mois de cinéma (février 2013)
  137. Syngué sabour, pierre de patience
  138. Elefante blanco
  139. Hiver nomade
  140. Arrêtez-moi
  141. Aujourd’hui
  142. Zero Dark Thirty
  143. Un mois de cinéma (janvier 2013)
  144. Blancanieves
  145. Django Unchained
  146. "Les baobabs ne poussent pas en hiver" : A la recherche de la rédemption
  147. Comme un lion
  148. Une Estonienne à Paris
  149. A Ciel ouvert
  150. L’Homme qui rit
  151. L’Odyssée de Pi
  152. Un mois de cinéma (décembre 2012)
  153. Ernest et Célestine
  154. Les Bêtes du sud sauvage
  155. Tabou
  156. Au-delà des collines
  157. Un mois de cinéma (octobre 2012)
  158. La Chasse
  159. Le Jour des corneilles
  160. Rêve et silence
  161. Amour
  162. César doit mourir
  163. La Pirogue
  164. Dans la maison
  165. Quelques heures de printemps
  166. Reality
  167. Un mois de cinéma (septembre 2012)
  168. Le Magasin des suicides
  169. Captive
  170. Ombline
  171. Camille redouble
  172. Mobile Home
  173. La Vierge, les coptes et moi
  174. Cherchez Hortense
  175. Les Enfants loups : Amé et Yuki
  176. Un mois de cinéma (août 2012)
  177. Superstar
  178. Voie rapide
  179. Rebelle
  180. La Nuit d’en face
  181. Laurence Anyways
  182. Faust
  183. Holy Motors
  184. La Part des anges
  185. Adieu Berthe - l’enterrement de mémé
  186. Un mois de cinéma (mai 2012)
  187. Couleur de peau : Miel
  188. Le Grand soir
  189. Sur la route
  190. De Rouille et d’os
  191. Miss Bala
  192. Un mois de cinéma (avril 2012)
  193. Le Fils de l’autre
  194. Viva Riva !
  195. I Wish, nos voeux secrets
  196. Low Life
  197. La Terre outragée
  198. Les Adieux à la reine
  199. Entre les Bras, la cuisine en héritage
  200. 38 témoins
  201. Un mois de cinéma (février 2012)
  202. Elena
  203. Oslo, 31 août
  204. La Mer à boire
  205. La Vie d’une autre
  206. La Taupe
  207. Zarafa
  208. Un mois de cinéma (janvier 2012)
  209. Brueghel, le moulin et la croix
  210. Une Bouteille à la mer
  211. Detachment
  212. Sur la planche
  213. Les Chants de Mandrin
  214. The Descendants
  215. La Colline aux coquelicots
  216. Une Vie meilleure
  217. Corpo celeste
  218. Le Havre
  219. Des vents contraires
  220. Le Tableau
  221. Un mois de cinéma (décembre 2011)
  222. Carnage
  223. Je m’appelle Bernadette
  224. Toute ma vie (en prison)
  225. Toutes nos envies
  226. L’Ordre et la Morale
  227. Les Neiges du Kilimandjaro
  228. Intouchables
  229. Il était une fois en Anatolie
  230. Europolis
  231. Poulet aux prunes
  232. L’Exercice de l’état
  233. Hors Satan
  234. Oxygène
  235. De Bon matin
  236. Les Hommes libres
  237. Un mois de cinéma (septembre 2011)
  238. La Fée
  239. Et Maintenant on va où ?
  240. Habemus papam
  241. La Guerre est déclarée
  242. La Piel que habito
  243. Impardonnables
  244. This Must be the Place : prix oecuménique à Cannes
  245. Melancholia
  246. Super 8
  247. Lourdes
  248. Un mois de cinéma (juin 2011)
  249. Pater
  250. Omar m’a tuer
  251. Une Séparation
  252. Le Chat du rabbin
  253. Le Gamin au vélo
  254. The Tree of Life
  255. L’Oeil invisible
  256. La Ballade de l’impossible
  257. Un mois de cinéma (avril 2011)
  258. All That I Love
  259. Tomboy
  260. Rabbit Hole
  261. Tous les soleils
  262. "Voyage à Alger" : Un drame dès l’aube de l’indépendance
  263. Haevnen/Revenge
  264. Un mois de cinéma (février 2011)
  265. Ma Part du gâteau
  266. La Permission de minuit
  267. Correspondances
  268. Avant l’aube
  269. The Hunter (Le Chasseur)
  270. La Bella gente, les gens bien
  271. Qui a envie d’être aimé ?
  272. Morgen
  273. Le voleur de lumière
  274. Un mois de cinéma (Janvier 2011)
  275. La Femme aux 5 éléphants
  276. Histoires de Shanghai, I Wish I Knew
  277. Africa United
  278. Même la pluie
  279. Bas-fonds
  280. De Silence et d’amour
  281. Un mois de cinéma (Décembre 2010)
  282. Another Year
  283. Le Dernier voyage de Tanya
  284. Le Président
  285. Home for Christmas
  286. Le Secret de Chanda
  287. Mon Pote
  288. Un mois de cinéma (Novembre 2010)
  289. Le Nom des gens
  290. Fix Me
  291. Potiche
  292. Nostalgie de la lumière
  293. La Princesse de Montpensier
  294. Biutiful
  295. La Vénus noire
  296. Un mois de cinéma (Octobre 2010)
  297. Amenez les enfants au cinéma !
  298. Mystères de Lisbonne
  299. Illégal
  300. Entre nos mains
  301. The Company Men : Un regard d’Hollywood sur la crise économique et la famille
  302. Un Homme qui crie
  303. Miel
  304. Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures)
  305. Un Poison violent
  306. L’Italien
  307. Carlos
  308. Tournée
  309. les Mains libres
  310. L’Illusionniste
  311. Marga
  312. Des hommes et des dieux
  313. Summer Wars
  314. Copie conforme
  315. Policier, adjectif
  316. Femmes du Caire
  317. Lola
  318. Tengri, le bleu du ciel
  319. Mammuth
  320. Le Mariage à trois
  321. Adèle Blanc-Sec
  322. Ajami
  323. Les Invités de mon père
  324. Tout ce qui brille
  325. Soul Kitchen
  326. Eastern Plays
  327. La Rafle
  328. Fleur du désert
  329. Harragas
  330. Liberté
  331. C’est ici que je vis
  332. Fantastic Mr. Fox
  333. 12
  334. Le Temps des grâces
  335. Invictus
  336. Lebanon
  337. Théorème
  338. Une Petite zone de turbulence
  339. Gainsbourg (vie héroïque)
  340. Mr. Nobody
  341. Une Vie toute neuve
  342. Tetro
  343. Avatar
  344. Kérity, la maison des contes
  345. Qu’un seul tienne et les autres suivront
  346. La Religieuse portugaise
  347. La Route
  348. Hadewijch
  349. Capitalism, a Love Story
  350. Inland
  351. L’Imaginarium du docteur Parnassus
  352. Le Concert
  353. Micmacs à tire-larigot
  354. Le Ruban blanc
  355. Mademoiselle Chambon
  356. Mères et filles
  357. Mary et Max
  358. L’Affaire Farewell
  359. London River
  360. L’Armée du crime
  361. A propos d’Elly
  362. Non ma fille, tu n’iras pas danser
  363. Un Prophète
  364. Le Temps qu’il reste
  365. La Camara oscura
  366. Là-haut
  367. Adieu Gary
  368. Après l’océan
  369. Le Hérisson
  370. Whatever Works
  371. Fais-moi plaisir !
  372. Amerikka
  373. Jaffa
  374. Looking for Eric
  375. Etreintes brisées
  376. Anges et démons
  377. La Femme sans tête
  378. Soeur Sourire
  379. Still Walking
  380. Adoration
  381. Un été italien
  382. Ne me libérez pas... je m’en charge
  383. Tokyo Sonata
  384. Chrigu, chronique d’une vie éclairée
  385. Welcome
  386. Bellamy
  387. Boy A
  388. Brendan et le secret de Kells
  389. Puisque nous sommes nés
  390. Pour un instant, la liberté
  391. Walkyrie
  392. Slumdog millionaire
  393. Les Trois singes
  394. Frozen River
  395. Il Divo
  396. Louise-Michel
  397. Les plages d’Agnès
  398. Mascarades
  399. Mia et le Migou
  400. Hunger
  401. Aide toi, le ciel t’aidera
  402. Musée haut, musée bas
  403. Stella
  404. Les bureaux de Dieu
  405. La vie moderne
  406. Un conte d’été polonais
  407. Le crime est notre affaire
  408. La fièvre de l’or
  409. Premières neiges
  410. Entre les murs
  411. C’est dur d’être aimé par des cons
  412. Dans la ville de Sylvia
  413. Cherry Blossoms
  414. Comme les autres
  415. Be Happy
  416. La famille, de retour dans le cinéma français
  417. Versailles
  418. Un millier d’années de bonnes prières
  419. Le premier jour du reste de ta vie
  420. Lake Tahoe
  421. Le bruit des gens autour
  422. Les sept jours
  423. Valse avec Bachir
  424. Phénomènes
  425. La soledad
  426. Un conte de Noël
  427. Et puis les touristes
  428. Des temps et des vents
  429. Deux jours à tuer
  430. Les citronniers
  431. In Memoria di me
  432. Désengagement
  433. Lady Jane
  434. Disco
  435. La Zona, propriété privée
  436. Dans la vie
  437. Il y a longtemps que je t’aime
  438. Les toilettes du pape
  439. L’heure d’été
  440. Algérie, histoires à ne pas dire
  441. Le cahier
  442. Paris
  443. La jeune fille et les loups
  444. Juno
  445. Le Bannissement
  446. Elle s’appelle Sabine
  447. Promets-moi
  448. Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme
  449. 4 minutes
  450. L’île
  451. It’s a free World
  452. XXY
  453. La visite de la fanfare
  454. La graine et le mulet
  455. Le renard et l’enfant
  456. Le Chaos
  457. "La boussole d’or" : communiqué officiel de SIGNIS
  458. Dans la vallée d’Elah
  459. Lumière silencieuse
  460. My Blueberry Nights
  461. Les toits de Paris
  462. De l’autre côté
  463. Secret Sunshine
  464. L’ennemi intime
  465. 4 mois, 3 semaines et 2 jours
  466. Ben X
  467. Harry Potter et l’ordre du Phénix
  468. Delirious
  469. Persepolis
  470. Still life
  471. Jesus Camp
  472. Golden Door
  473. Le mariage de Tuya
  474. La môme
  475. Le grand silence
  476. Agua
  477. La Nativité
  478. The Road to Guantanamo
  479. Le vent se lève
  480. Ô Jerusalem
  481. Indigènes
  482. Buenos Aires 1977 (Crónica de una Fuga)
  483. Le destin (El destino)
  484. C.R.A.Z.Y.

Le vent se lève

(Ken Loach, UK, 2006)

Paris, 25 août 2006 (Inxl6/Signis/Pierre Vaccaro) - Ken Loach a obtenu pour son film Le vent se lève (The Wind that Shakes the Barley) la Palme d’or du Festival de Cannes 2006. A l’occasion du 30ème anniversaire du Jury oecuménique au Festival de Cannes en 2004 , ses organisateurs SIGNIS et Interfilm ont rendu hommage à Ken Loach pour l’ensemble de son œuvre. Au cours des dernières 25 années il a reçu plusieurs mentions et prix de nos jurys. Des mentions œcuménique à Cannes pour Regards et Sourires (1981) et Agenda Secret (1990). Des Prix œcuméniques à Cannes pour Land and freedom (1995) et à Berlin pour Ladybird, Ladybird (1994) et Ae Fond Kiss (2004). Des jurys OCIC lui ont décerné un prix pour De Quel côté êtes vous (Berlin-Forum, 1985) et une mention pour The Navigators (Venise 2001). Dans son dernier film Le vent se lève Ken Loach nous présente une histoire de sang et de larmes, une histoire, à peine romancée de combat pour la Liberté. Un film dont on ressort blessé, le cœur à vif tant la puissance du propos et la force des images saisissent et pénètrent notre esprit... L’enjeu du film rappellerait sans difficulté les guerres actuelles, celle du Liban si brûlante aujourd’hui ou bien d’autres encore...

(JPEG)
Damien abandonne sa jeune carrière de médecin et rejoint son frère Teddy dans le dangereux combat pour la liberté.

Il fut pénible par les mots du deuil de dire et de briser les liens qui nous unissent. Mais plus pénible encore de porter la honte des fers étrangers qui nous enchaînent. Alors j’ai dit : "cette vallée dans la montagne dès l’aube j’irai à sa rencontre. Je rejoindrai les braves qui s’unissent tandis que le vent léger secoue l’orge."

Robert Dwyer Joyce (1830-1883) The Wind that Shakes the Barley.

Irlande, 1920. Des paysans s’unissent pour former une armée de volontaires contre les redoutables Black and Tans, troupes anglaises envoyées par bateaux entiers pour mater les velléités d’indépendance du peuple irlandais. Par sens du devoir et amour de son pays, Damien abandonne sa jeune carrière de médecin et rejoint son frère Teddy dans le dangereux combat pour la liberté. Alors que la détermination des insurgés mène les Britanniques dans l’impasse, les deux parties conviennent d’un traité pour mettre fin aux effusions de sang. Mais cette apparente victoire divise les Irlandais qui luttaient jusque-là ensemble et déclenche une guerre civile : des familles se déchirent, des frères deviennent ennemis...

Ken Loach déclara pendant le tournage avoir été très surpris de voir à quel point on parle encore de cette guerre déchirante autour de Cork où le film a été tourné. Manifestement la haine est encore très présente en Irlande du Nord puisque certaines batailles n’y ont jamais cessé. Pour filmer cette guerre fratricide, le réalisateur n’a pas choisi de montrer une vulgaire opposition entre Irlandais et Anglais. La force du scénario est de décrire un monde qui dépasse les points de vue individuels de ses personnages. Le spectateur voit les personnages au-delà de leur nationalité. Il les observe dans leurs relations, dans leurs interactions. Les personnages sont authentiques, du coup le propos filmé est très puissant.

Le film dès le départ porte en lui un récit universel, celui de la division, de la guerre et de la peur. Il rappelle tous les totalitarismes présents au cours de l’Histoire et aussi ceux du quotidien. Voilà une des raisons, outre ses remarquables qualités artistiques, pour les quelles Le vent se lève s’est tout simplement imposé comme une évidence à Cannes. Ce ’Vent’ souffle irrémédiablement sur chaque spectateur et, osons le dire, dans son cœur également. Pourquoi l’homme est-il impuissant à vivre dans la paix ? Quelle est cette force de mort et de haine qui le submerge et le pousse à la division ? Mais aussi d’où lui viennent ce courage et cette énergie qui le rendent capable de donner sa vie pour son pays, pour les siens, pour l’Humanité ? Le ’Vent’ dont il est question : une humanité finalement pauvre car elle est dépassée par ce qui lui arrive, soumise au mal, mais en même temps remplie de ce feu intérieur dévorant de l’Amour.

Cet amour extrême est incarné par le jeune et magnifique personnage de Damien joué par Cilliam Murphy. Il soigne, il se sacrifie, il essaie de réconcilier autour de lui, il aime la femme blessée, sa place toute particulière le montre comme une sorte d’annonciateur de paix même au coeur des combats. Mi-adulte, mi-enfant au regard d’ange mais acéré, sa beauté physique, son intelligence et sa noblesse d’âme traversent tout le film dans une présence bouleversante. Son charisme s’intensifie tout au long du film jusqu’à cette ultime scène qui éclate en apothéose, synthèse du film, et qui lui donne alors clairement un visage messianique. Cette scène finale renvoie sans difficulté à l’iconographie religieuse et constitue le point d’orgue du film, elle touche à l’indicible et renvoie le spectateur à une dimension spirituelle de l’existence. L’ "innocence" du personnage inspire les larmes et le pardon comme si elle désamorçait tout le flot de guerre auquel nous avons assisté pendant le film ; le don qu’il fait de lui-même laisse place à la miséricorde. Damien illustre le non compromis, le discours qui va jusqu’au bout, une sorte d’ "idéaliste réaliste". Face à son dernier cri de rage sur le poteau du condamné, cri de souffrance presque muet et si profond, les canons des fusils ne peuvent plus rien. Sa manière de mourir (il meurt pour les siens et son pays) constitue la promesse d’une victoire à venir pouvant mettre fin à la haine. Il n’a pas donné sa vie en vain. Sa mort viendra peut être briser l’implacable engrenage de la violence qui va jusqu’à déchirer deux frères. Le film porte un après que nous ne verrons pas. Damien devient une sorte de Saint Sebastien moderne tant il aura porté les blessures des siens.

Ken Loach a fait souffler avec ce film un vent de non compromission sur le cinéma. Rien de noble et de digne dans ce monde ne s’est construit sans le don de soi et le courage de vivre, sans que l’homme accepte de se faire violence et accepte de regarder celle-ci en face. Pour Ken Loach le monde est certes "perverti", voué au mal qui le ronge. L’homme n’en finira jamais avec la guerre et tout ce qui le divise mais il est possible qu’au sein de cette société meurtrie se lève des "idéalistes réalistes", prêts à l’amour extrême.

SIGNIS

imprimer l’article