Le Redoutable

 

(de Michel Hazanavicius. France, 2017, 1h47. Festival de Cannes 2017, compétition officielle. Avec Louis Garrel, Stacy Martin, Berenice Bejo.)

 

13 septembre 2017 (Magali Van Reeth) - Un film drôle et intelligent qui célèbre le cinéma et cette époque de grands bouleversements, de liberté et d'insolence que fut Mai 68, à travers le personnage de Jean-Luc Godard.

 

Tiré du roman d'Anne Wiazemski, le célèbre cinéaste Jean-Luc Godard devient un personnage de fiction, plongé dans l'excitation folle des révoltes de Mai 1968 à Paris. Gardant toujours le ton de la comédie, le réalisateur Michel Hazanavicius déboulonne le mythe tout en lui rendant un superbe hommage cinématographique.

 

Le récit est aussi celui d'un couple, une très jeune femme, un homme déjà célèbre, qui se fait et se défait, une histoire d'amour à la fois banale et unique. C'est aussi le surgissement inattendu d'une période de révoltes, en mai 1968 qui bouscule tout, arrête tout, et oblige chacun à prendre positon. Pour cet artiste qui, à 35 ans, avait déjà révolutionné le cinéma classique, c'est à la fois l'excitation de voir la société toute entière en marche vers le changement et la fin du vieux monde. Mais c'est aussi, pour celui qui se croyait le seul véritable provocateur bousculant les codes, le point de bascule où il se fait traiter de "vieux con" par plus jeunes et plus enragés que lui...

 

 

Avec ce film, Michel Hazanavicius explore de nouvelles pistes, même si, de film en film, on retrouve certains thèmes communs. De la comédie à la fois franchouillarde et élégante avec OSS 117 en 2006 et 2008, au destin poignant d'un acteur qui, à son point de bascule, ne sait pas rebondir, The Artist (Oscar du meilleur film 2012) ou avec The Search (2014) film passé inaperçu mais qui montrait un autre point de bascule, terrifiant celui-là, d'un jeune homme transformé en machine de guerre. Le Redoutable est à la fois un hommage à une époque, un personnage mais aussi un savoureux moment de cinéma. Jouant avec les clichés du cinéma et de la Nouvelle vague, Michel Hazanavicius s'amuse, souvent avec brio, et nous amuse, à jouer des scènes comme autant de cartouches illustrant les nombreuses possibilités du cinéma. Le détail récurrent qui produit de l'effet comique, les passages en noir et blanc, les clins d’œil à d'autres films, la scène où les acteurs jouent nus en se demandant pourquoi certains réalisateurs ont besoin de montrer des corps nus, les plans séquences où 6 personnages sont enfermés dans une voiture peu spacieuse et s'engueulent en parlant politique.

 

Excellent dans la direction d'acteurs, le réalisateur donne à Louis Garrel la possibilité d’interpréter vraiment un personnage de fiction, avec toutes ses contradictions, un homme voulant être aimé et faisant tout pour ne pas l'être. A ses côtés, la jeune Stacy Martin passe délicatement de la naïveté amoureuse à la prise de conscience individuelle. Le Redoutable est un film savoureux sur un homme qui ne l'était pas et une époque de passion politique exacerbée dont on oublie parfois l'insolente virulence.

 

Magali Van Reeth