englishespagñolfrançais
Cinéma
imprimer l’article


Dans la même rubrique
  1. Nouveau film sur le Patriarche copte orthodoxe Shénouda III
  2. Pratiques du documentaire en Afrique : un colloque international
  3. « Cinéma et diversité » au Festival de Cannes
  4. Les femmes sans tête d’Hollywood
  5. Les journées cinématographiques de la femme africaine de l’image
  6. La Passion d’Augustine : SIGNIS France en partenariat avec KMBO
  7. Spotlight n’est pas un film anti-catholique
  8. Création d’une société de production féminine
  9. L’industrie cinématographique au Kenya
  10. Nouveau président de la Commission nationale d’évaluation des films de la Conférence épiscopale italienne
  11. Loi relative à l’industrie cinématographique en Cote d’Ivoire
  12. Les films pour les jeunes et les stéréotypes de genres
  13. Léonardo DiCaprio rencontre le Pape
  14. « L’homme qui répare les femmes » est enfin sorti en salle à Kinshasa
  15. Congrès de la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (F.A.C.C)
  16. Du cinéma en famille !
  17. Le LAFF lance une nouvelle compétition pour les étudiants africains
  18. Un film sur le Pape François en salle en Italie le 3 décembre
  19. Un film sur Saint-Augustin en préparation.
  20. "Journée mondiale des toilettes" : l’accès aux sanitaires dans les films
  21. Un documentaire sur « Le P. Gaetano Nicosia, l’Ange des lépreux »
  22. Le film libanais « Waynon » aux Oscars 2016, ou lorsque la Culture célèbre la Mémoire
  23. Il y a quarante ans, Pasolini était assassiné
  24. Les autorités congolaises autorisent le film du Dr Mukwege
  25. Ioanis Nuguet, lauréat du prix La Croix du documentaire 2015
  26. Festival du film historique de Waterloo
  27. Insight Student filmmaker award 2015
  28. Le cinéma sud-coréen - Office de Hong Won-Chan
  29. "Excuse My French" : Vivre ensemble au Caire
  30. Sœur Oyo
  31. "Les Musées du Vatican 3D" : Visite filmée de l’une des plus grandes collections d’art de l’histoire
  32. Un nouveau site pour Mediafilm
  33. SIGNIS forme une nouvelle génération de jurés à Lyon
  34. Atelier SIGNIS pour une nouvelle génération de jurés à Lyon
  35. Le cinéma ambulant au Togo fête ses dix ans
  36. Sortie en France du film ’Des hommes et des dieux’, Prix oecuménique 2010 à Cannes
  37. Église et cinéma au Portugal : une histoire à faire
  38. Le retour de la 3D au cinéma : pourquoi faire ?
  39. H2Onews : "Slumdog Millionaire" applaudi par l’Osservatore Romano
  40. "Le cinéma au Togo a de l’avenir" : Entretien avec Madjé Ayité, réalisateur de "La bataille des absents"
  41. Séminaire de cinéma SIGNIS pour donner "Un visage aux sans visages"
  42. Moussa Sene Absa : "Tous mes films sont une ode musicale et veulent rendre humain"
  43. Le prix Humanum 2007 à "La vie des autres"
  44. Burundi : Films et cinéastes pour la paix
  45. SIGNIS-Roumanie organise le premier festival de films sur les droits de l’enfant à Bucarest
  46. "Le grand silence" reçoit le premier prix de la European Film Academy
  47. 12ème Semaine chrétienne du cinéma : le programme !
  48. Festival "Cinéastes et spiritualité" à Bruxelles
  49. Le cinéaste Zhang Yuan reçoit le prix Bresson des mains de Mgr Foley
  50. 9ème Festival du cinéma chrétien à Montpellier
  51. Prix Humanum 2005

Spotlight n’est pas un film anti-catholique

Boston, Bruxelles, 4 mars 2016 (RV/SIGNIS) Dimanche dernier, c’est le film Spotlight de Tom McCarthy qui a remporté l’Oscar du meilleur film. Ce film raconte l’enquête d’une équipe du Boston Globe qui a mis à jour les cas d’abus sur mineurs commis par des prêtres du diocèse de Boston.

Si ce film peut choquer certains catholiques, Sean O’Malley, archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs a déclaré que Spotlight était « Un film important pour tous ceux qui ont été frappés par la tragédie des abus perpétrés par le clergé ». Depuis la démission de l’archevêque de Boston de l’époque O’Malley « mène depuis une politique de tolérance zéro qui a permis de redonner progressivement une crédibilité à l’Église, même si toutes les blessures ne sont pas guéries » peut-on lire sur Radio Vatican.

O’Malley ajoute : « En racontant d’une façon détaillée l’histoire de cette crise, les médias ont poussé l’Église à reconnaître les crimes et les péchés commis par ses membres et à affronter ses faiblesses, le dommage causé aux victimes et à leurs familles, les exigences des survivants ». « Dans une démocratie comme la nôtre, le journalisme est essentiel à notre mode de vie » parce que « le rôle des médias dans la mise en lumière des cas d’abus a ouvert une porte que l’Église a traversé pour répondre aux besoins des survivants. ».

Il rappelle également que « protéger les enfants, et assister les victimes et leurs familles » doit être une priorité de la vie de l’Église. Il évoque également les programmes mis en place par l’Église afin d’éviter que ces événements ne se reproduisent, notamment, « les programmes éducatifs sur la protection des mineurs, l’obligation de vérifier les précédents, des signalements et de la collaboration avec les autorités civiles pour ceux qui sont accusés d’abus, le soin et le soutien pour les victimes et leurs familles ».

Enfin, il conclut en disant qu’il faut continuer « à demander pardon pour tous ceux qui ont été blessés par la tragédie des abus sexuels commis par certains membres du clergé, et prions pour que, chaque jour, le Seigneur nous guide sur le chemin de la guérison et du renouveau ».

Lucetta Scaraffia, éditorialiste de L’Osservatore Romano, a également reconnu l’utilité du film : « les prédateurs ne portent pas forcément l’habit ecclésiastique et la pédophilie ne dérive pas nécessairement du vœu de chasteté. Mais il est désormais clair que, dans l’Église, trop de gens se sont plus préoccupés de l’image de l’institution que de la gravité de l’acte ». « Tout cela ne peut justifier la faute gravissime de celui qui, représentant de Dieu, se sert de cette autorité pour abuser d’innocents : c’est bien raconté dans le film », estime la journaliste. Elle ajoute : « le film convainc par sa trame. Et n’est pas un film anticatholique ».

Lors du festival de Venise, le jury SIGNIS a écrit une déclaration sur le film. Vous pouvez la lire ici.

SIGNIS

imprimer l’article