Les membres de SIGNIS réunis pour leur Congrès mondial à Lyon, ont appelé les médias à contribuer à construire un monde de paix, de respect et de solidarité, en signant ensemble une déclaration intitulée: "Des Médias pour une Culture de Paix".

Nous, professionnels des médias et citoyens,
chrétiens et membres de l'Association catholique mondiale pour la Communication (SIGNIS), réunis à Lyon,

nous appelons à un changement fondamental d'orientation dans la communication médiatique : celle-ci doit se centrer à nouveau sur notre capacité à vivre les uns avec les autres, si elle veut contribuer à construire un monde de paix, de respect et de solidarité.

En ce début du XXIème siècle il y a en effet urgence à développer une Culture de Paix pour répondre aux espérances exprimées par les peuples du monde, confrontés à des violences dues à l'absence de respect envers la dignité de tous. Une telle absence de respect est engendrée par de multiples causes, notamment : faim et injustices structurelles, nationalisme, conflits ethniques et religieux, terrorisme et guerres.

Rappelant
_ que la paix ne consiste pas à éviter les conflits : souvent le conflit sera un chemin vers un monde plus juste et plus solidaire. La paix est au contraire une façon de résoudre les conflits non selon le droit du plus fort, mais par la force du droit et la négociation, en respectant les normes du droit international, dans le but d'atteindre à une plénitude de vie pour tous et chacun.

Convaincus
_ qu'il y a en chaque être humain un désir profond de paix et que la paix est un don de Dieu à accueillir. « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu ». Nous avons de fait la capacité à la réaliser, comme le prouvent tant d'initiatives de la part de celles et ceux qui, de tous pays et conditions, croyants ou non, travaillent, souffrent et consacrent leurs forces à cette tâche.

Nous constatons et soulignons
_ que la paix passe aujourd'hui nécessairement par les médias. Aussi bien l'information que les médias populaires et de divertissement ont la capacité d'être des « médiateurs » : en tant que moyens de communication, leur rôle essentiel est de contribuer à la compréhension mutuelle et à la solidarité.

Nous vivons dans une monde de plus en plus pluriel et multiculturel. Ce brassage peut susciter des malentendus et des peurs. Les médias peuvent faciliter le vivre ensemble en nous aidant à accepter et à accueillir la diversité de nos identités ainsi qu'en apportant une reconnaissance sociale aux différents groupes et communautés. Ou ils peuvent, à l'inverse, favoriser la violence, quand ils renforcent les tendances identitaires, quand ils cèdent au sensationnalisme, quand ils reproduisent les stéréotypes sur les « autres », quand ils excitent à la haine.

C'est pourquoi,
_ rejoignant tous ceux qui contribuent à une culture de paix, nous nous engageons à travailler aux objectifs suivants :

1. Développer la capacité des médias à mettre en communication les personnes, les groupes et les peuples
- en développant la capacité du public (et notamment des plus jeunes) à acquérir une attitude active, une distance critique et une liberté d'appréciation par rapport aux médias. Ce doit être la priorité.
- en favorisant une représentation véridique et juste des différents groupes de la société et en ouvrant à tous, spécialement aux personnes et aux pays les plus démunis, l'accès à la communication et la possibilité d'y participer pleinement ;
- en ouvrant le dialogue entre les cultures et les religions ainsi que le débat démocratique ;
- en maintenant des exigences éthiques d'attention à la dignité des personnes, par la qualité humaine du regard qui est porté sur elles ;
- en étant attentifs à la force émotionnelle des sons et, encore plus, des images : celles-ci, selon la façon dont elles sont réalisées et diffusées, peuvent conduire aussi bien à l'angoisse qu'à la sympathie, au voyeurisme qu'à la solidarité.

2. Développer l'indépendance éditoriale des médias dans les situations de conflit
- en soutenant tous ceux qui luttent pour la liberté d'expression et pour les droits de l'homme ;
- en respectant le public par une information sérieuse et approfondie, sans céder aux différentes formes de pressions et de censure économique et politique.

3. Etre vigilants quant au rôle des médias dans les situations de conflits
- en cherchant à mettre en lumière les causes et les racines des événements ;
- en dénonçant les situations d'injustice structurelle ou occasionnelle ;
- en étant attentifs à la façon dont les événements de violence sont couverts, à leurs effets sur l'opinion publique ; en évitant surtout d'accréditer l'idée que la violence est une façon normale de résoudre les conflits.


Pour nous, professionnels des médias et chrétiens, contribuer à une culture de paix nous engage à être la voix des sans-voix et le visage des sans-visage.
Ceci exigera de prendre le risque du courage, pour un service prophétique, comme tous ces professionnels des médias qui continuent à subir encore opposition et violence. Beaucoup y ont laissé la vie. L'effort que nous voulons promouvoir ici se veut une façon d'honorer la mémoire de leur sacrifice.