(de Kateryna Gornostai. Ukraine, 2022, 2h02. Berlinale 2022, meilleur film pour la sélection Generation. Festival de Karlovy Vary. Avec Maria Fedorchenko, Arsenii Markov, Yana Isaienko, Oleksandr Ivanov) 

 

 

 

14 septembre 2022 (Magali Van Reeth) – Mélange de fiction et de documentaire, ce film lumineux et touchant, accompagne un groupe de lycéens de Kiev pendant une année scolaire, lorsqu'avant la pandémie et la guerre, ils pouvaient vivre l'insouciance et les peurs ordinaires de leur âge. 

 

 

A 17 ans, Masha est en dernière année de lycée. On la suit, chez elle et en cours, seule ou avec son petit frère ou ses amis proches. Peu à peu, on entre dans le quotidien de ces adolescents, accro à leur téléphone, distraits pendant les cours de biologie où on explique pourtant les réactions chimiques du corps humain face au stress et au sentiment amoureux. Parfois ils jouent à ''stop-zemlia'', sorte de chat perché qui donne son titre ukrainien au film. Ils se cachent pour fumer et boire des bières, ont parfois des conduites à risque mais n'osent pas avouer leurs sentiments.

 

 

 

Malgré quelques longueurs, notamment dans la scène de discothèque au lycée, et un scénario qu'on aimerait moins lâche, Jeunesse en sursis touche par la sincérité de ses personnages. Adolescents en quête de liberté vis-à-vis de leur famille, maladroits dans l'expression de leurs sentiments, anxieux quant à leur avenir mais bravaches avec leurs amis, ils évoluent sous nos yeux avec une spontanéité émouvante. Les acteurs sont tous des lycéens jouant leur propre rôle mais ils le font avec une grande justesse, plutôt pudiques et en retrait par rapport à leur personnage. Le visage de Masha, qui est presque de tous les plans, illumine tout le film.

 

 

Le chef opérateur Oleksandr Roshchyn fait un travail remarquable sur la photo du film, que ce soit les visages incandescents des lycéens ou l'opposition entre leurs chambres moelleuses et colorées avec la froideur des murs du lycée. Le montage alterne les scènes de vie quotidienne avec quelques incursions dans le fantastique, comme la très belle scène d'ouverture où souffle un vent étrange sur une partie de badminton. On est touché par les prises de parole des comédiens, face caméra dans une superbe lumière : interrogations sur leur personnage ou expression de leurs sentiments les plus intimes ?

 

 

Après avoir réalisé plusieurs courts métrages de fiction ou documentaires, la réalisatrice commence à travailler dès 2015 sur ce projet autour d'adolescents dans leur dernière année de lycée. Après avoir cherché dans les établissements de Kiev, des ateliers de théâtre sont mis en place pour trouver les bons comédiens. Le tournage se déroule juste avant l'arrivée de la pandémie et Kateryna Gornostai pensait alors que son film serait celui du retour à la normale. Mais, peu de temps après sa présentation à la 71° Berlinale, le 24 février 2022, la Russie envahit l'Ukraine et met fin à tout espoir immédiat de ''retour à la normale'' pour cette jeunesse ukrainienne.

 

 

 

Magali Van Reeth