Berlin, 16 février 2019 (SIGNIS/INTERFILM) - Lors de la cérémonie de remise des prix qui s'est tenue ce matin dans le cadre de la Berlinale, le jury oecuménique a annoncé ses choix dans les trois sélections les plus importantes de la 69° édition de ce festival international.

 

Compétition internationale, prix du jury oecuménique :

 

Gospod postoi, imeto i’ e Petrunija // God Exists, Her Name Is Petrunya de la réalisatrice Teona Strugar Mitevska (Nord Macédoine/Belgique/Slovénie/Croatie/France)

 

Le jury oecuménique attribue son prix à une parabole moderne, Dieu existe, son nom est Petrunya, pour son portrait audacieux d’une jeune femme méprisée qui devient une militante des droits de la femme. Lorsque Petrunya intervient spontanément à un rituel orthodoxe exclusivement masculin, en attrapant une croix jetée dans une rivière par un prêtre, elle brise les traditions religieuses et sociales. Son refus initial de rendre la croix libère sa force intérieure face aux conventions institutionnelles et révèle Dieu en elle.

 

 

Section Forum, prix du jury oecuménique :

 

Erde // Earth de Nikolaus Geyrhalter (Autriche)

 

Le jury œcuménique décerne son prix dans la section Forum à Earth/Terre pour sa description du saccage de notre planète par l'activité humaine - une question essentielle aujourd'hui. Ce documentaire présente des images saisissantes de la destruction de la physionomie de la Terre et des paroles fortes de travailleurs, ingénieurs et scientifiques. Le jury a apprécié les méditations sur la Terre nourricière prononcées par une Canadienne autochtone à la fin du film, invitant à réfléchir à notre responsabilité.

 

Section Panorama, prix du jury oecuménique :

 

Buoyancy de Rodd Rathjen (Australie)

 

Le jury œcuménique attribue son prix, dans la section Panorama, à Buoyancy, une interrogation sur l'esclavage moderne et un récit particulièrement déchirant du passage à l'âge adulte. Ce premier long métrage, superbement conçu, de Rodd Rathjen suit un jeune paysan cambodgien de 14 ans qui, essayant d'échapper à la pauvreté familiale, se retrouve exploité à bord d'un chalutier de pêche thaïlandais. La misère et la cruauté menacent d'écraser son esprit, mais il trouve le courage de se préserver pour rompre les chaînes. En exposant la réalité brutale par un récit étroitement tissé, cet appel artistique à l'action jette une lumière indispensable sur les violations des droits de l'Homme, très négligés au cœur de notre économie mondiale.

 

 

Mention spéciale, section Panorama :

 

Midnight Traveler d'Hassan Fazili (Etats-Unis/Royaume-Uni/Qatar/Canada)

 

Une mention élogieuse est attribuée au Voyageur de minuit de Hassan Fazili pour sa description singulière de l’expérience des réfugiés. En racontant la fuite de sa famille d’Afghanistan via trois téléphones portables, le film de Fazili illustre bien l’urgence et la réalité de la crise migratoire mondiale. Ses images brutes et attachantes, renforcées par la détermination de son épouse et de ses filles, révèlent une humanité pleine d’espoir et un amour durable au milieu d’un mouvement constant.

 

 

Les membres du jury oecuménique 2019 :

 

Pamela Alleman (Canada)

Pasteur Mica Bucey (Etats-Unis)

Soeur Dominic Dipio (Ouganda)

Margrit Frölich (Allemagne)

Anna Grebe (Allemagne), présidente du jury oecuménique

Kristin Greenaway (Canada)