(de Mohamed Hamidi. France, 2021, 1h36. Avec Oulaya Amamra, Kad Merad, Fatsah Bouyahmed, Brahim Bouhlel, Zinedine Soualem)

 

 

20 septembre 2022 (Magali Van Reeth) – Sous cette comédie ensoleillée et un humour très bon enfant, une critique parfois acerbe mais toujours juste, de la société algérienne contemporaine.

 

 

Inspiré du film argentin de Mariano Cohn et Gastón Duprat, El ciudadano ilustre (2017), ce nouveau citoyen reprend la même base de départ : un écrivain illustre revient, sur un coup de tête, dans son pays d'origine où il n'était pas retourné depuis une trentaine d'année. Là où le film d'origine faisait le voyage entre l'Espagne et l'Argentine, celui de Mohamed Hamidi choisit d'amener son personnage de France en Algérie. 

 

 

On se souvient de la gentillesse du personnage de La Vache(2015) et de l'humour savoureux et jamais vulgaire qui parcourrait tout le film. Pour accompagner Samir Amin, nouveau récipiendaire du prix Nobel de littérature et un brin désabusé, jusque dans le petit village de son enfance, le réalisateur use d'un humour semblable, loin du cynisme du film argentin.

 

 

Mais au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans le film, on s'éloigne de plus en plus de la gentillesse maladroite et des pitreries de Fatsah Bouyamed. Voilà un autre visage de l'Algérie contemporaine, entre les manifestations du vendredi où la jeunesse demande plus de liberté, plus de dignité et du travail ; les pressions des responsables, les réponses outrancières de la police et la violence de ceux qui se sentent bafoués par la réussite des autres. Le film a beau se terminer par une pirouette littéraire où tout rentre dans l'ordre et l'écrivain célèbre dans son douillet chez lui, il reste une amertume qu'on a du mal à oublier, tant elle est proche de la réalité... Et c'est ce qui rend précieux ce Citoyen d'honneur à la sauce algérienne.

 

 

Magali Van Reeth