Bruxelles, 9 avril 2020 (The Christian Post / The Tablet). Selon un document de recherche européen, les recherches sur Google pour le mot « prière » ont explosé dans le monde entier, parallèlement à l'augmentation des cas de COVID-19.

 

Jeanet Sinding Bentzen, professeur associé à l'Université de Copenhague et directrice exécutive de l'Association pour l'étude de la religion, de l'économie et de la culture, a publié lundi un document intitulé « En temps de crise, nous prions : La religion et la pandémie de COVID-19 ».

 

En utilisant les données de Google Trends sur les recherches Internet pour le mot « prière » dans cinq pays, elle a déclaré avoir constaté que l'intensité des recherches double pour chaque 80.000 nouveaux cas enregistrés de COVID-19. L'intensité augmente également dans les pays qui n'ont été que récemment touchés par la pandémie eux-mêmes.

 

L'intérêt pour la recherche d'informations sur le mot « prière » sur Google est monté en flèche en mars 2020, lorsque le COVID-19 s'est répandu dans le monde entier.

 

« Les recherches sur Internet pour la prière ont atteint leur niveau le plus élevé au cours des cinq dernières années pour lesquelles des données comparatives sont disponibles sur Google, dépassant tous les autres événements majeurs qui, habituellement, suscitent une demande accrue de prière, comme Noël, Pâques et le Ramadan », a-t-elle déclaré.

 

En réponse à l'article de Mme Bentzen, certains chercheurs ont mis en garde contre son hypothèse selon laquelle une augmentation des recherches sur le mot « prière » correspond à un besoin plus grand de religion. Selon eux, les données ne font que prouver que davantage de personnes cherchent sur Google des « prières » et, sans connaître leurs motifs ou antécédents, cela ne prouve pas nécessairement une augmentation de la religiosité.